#PasToucheANosServicesPublics

D'Ostende à Arlon, ils étaient nombreux aujourd'hui à se mettre en grève à la SNCB, signe que le malaise sur le rail est grand. Et les gares du pays étaient aujourd'hui bien désertes. Preuve que beaucoup de navetteurs ne font pas confiance au service minimum prévu par la SNCB.

« SNCF : Macron a gagné », « Macron bat les syndicats de cheminots », « Rail : victoire pour Emmanuel Macron »… Ces derniers jours, les titres des articles sur le mouvement social enclenché depuis trois mois par les cheminots vont dans le même sens. Mais…

Pour la première fois de son histoire récente, le nombre de cheminots (en équivalents temps-plein, ETP) est passé sous la barre des 30 000 en mai 2018. Une chute de 10 000 ETP en moins de 15 ans. Alors que le nombre de voyageurs, lui, a augmenté de 40 % en 15 ans...

Le Vice-Premier ministre libéral Alexander De Croo évoque une privatisation des entreprises publiques, en particulier de la SNCB. « Alors que les défis de mobilité et de climat n’ont jamais été aussi urgents, le ministre De Croo lance la plus mauvaise piste qui soit pour les résoudre », réagit Michael Verbauwhede, spécialiste chemins de fer du PTB. Qui plaide pour plus de participation des usagers, pas du privé.

Le 6 juin, les fonctionnaires des ministères fédéraux (gardiens de prisons,  agents du fisc, etc.) seront en grève pour dénoncer les nouvelles attaques attaques du gouvernement contre toute une série de leurs droits rassemblés dans ce qu’on appelle « le statut ». Mais cette politique n’est pas une spécialité belge. Il s’agit d’une stratégie de l’Union européenne pour casser les services publics et les droits des salariés du secteurs publics.

Pour la première fois depuis dix ans, tous les syndicats de la Fonction publique, qui compte 5,4 millions de salariés en France, étaient dans la rue ce mardi. Rejoints par de nombreux secteurs, ils luttent contre la volonté du président Macron de supprimer 120 000 emplois, casser leur statut, ouvrir la porte aux contrats précaires... Reportage au milieu du cortège parisien.

« Bravo les Français ! On est avec vous ! » Cette phrase a été répétée de nombreuses fois au 1er Mai de Liège. A l’invitation du PTB, des cheminots de la CGT ont fait le déplacement depuis la région parisienne.

Bpost veut se séparer de 90 à 130 travailleurs dans son service à la clientèle (call centrer). Soit près d’un tiers des 375 travailleurs actuels. Et les remplacer en développant son site et les nouvelles technologies. Le PTB dénonce cette logique absurde qui jettera des travailleurs à la rue et fera baisser la qualité du service.

Nouvelle journée d’action contre les plans du président Emmanuel Macron et de l’Union européenne. Cheminots, fonctionnaires, étudiants, infirmières et bien d’autres ont repris la rue. Parfois accompagnés de travailleurs et étudiants belges… Reportage à Lille et Paris.

L’an dernier, la droite au gouvernement faisait voter une loi instaurant un service minimum à la SNCB. Et c’est ce 7 mars que le service minimum entre en vigueur. La prochaine grève du rail sera donc un premier test pour le gouvernement et pour le mouvement syndical. Mais ce service minimum ne passe toujours pas auprès des organisations syndicales qui ont déjà annoncé un recours devant la Cour constitutionnelle.

Pages