paradis fiscaux

Il y a quelques semaines, le groupe de grande distribution Mestdagh annonçait un plan de restructuration, avec 450 emplois menacés en Belgique. Depuis, les négociations ont commencé, provoquant des mouvements de colère dans plusieurs magasins le 7 juin, tant les propositions de la direction semblent imbuvables aux travailleurs. Pendant ce temps, le service d’études du PTB a découvert une société à Luxembourg. Étrange : le groupe n’y a pourtant pas de magasins...

Les récentes révélations des Paradise Papers constituent un énième scandale de fraude et d’évasion fiscale. Des scandales qui font ressortir l’absurdité des mesures d’austérité prises par le gouvernement en matière de pension. C’est ce que dénonce Kim De Witte, le spécialiste pensions du PTB, chiffres à l’appui.

La société Rent-A-Port (qui co-détient, avec la société publique SBI, une société off-shore incriminée dans les Paradise Papers) est une filiale du groupe AvH, dont est administratrice la cheffe de cabinet du ministre Reynders, Alexia Bertrand. Le PTB veut entendre à la Chambre Charles Michel, Didier Reynders et Johan Van Overtveldt.

La commission spéciale Panama Papers de la Chambre a voté ce 24 octobre, majorité contre opposition, un rapport en dessous de tout, fruit d'un sabotage et d’un court-circuitage démocratique. Les enjeux de lutte contre la grande fraude fiscale internationale étaient énormes pour cette commission réunie pendant un an et demi. Mais la montagne a accouché d'une souris dont les partis de droite ont coupé les pattes et limé des dents.

Une nouvelle étude du PTB montre que les ultra-riches éludent beaucoup plus l'impôt que les simples citoyens. En moyenne, un ménage appartenant aux 0,01 % des plus riches belges fraude 5,3 millions d’euros par an. En revanche, un ménage appartenant à la moitié la moins riche de la population élude l'impôt en moyenne 201 euros par an. Pour le PTB, il est temps de créer une cellule du fisc contrôlant ces ultra-riches.