Loïc Fraiture

 
 

C’est ce qu’on appelle du cynisme. Provoquer une crise de l’asile pour des raisons électorales, voilà la stratégie du Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Theo Francken. Il a décidé de limiter radicalement le nombre de réfugiés qui peuvent introduire une demande d’asile. « Un choix politique », selon le porte-parole de l’Office des Étrangers, qui estime que l’Office « pourrait en principe accepter plus » de demandeurs d’asile.

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés de ce 20 juin, le réseau Amitié sans frontières appelle le gouvernement belge à changer de politique : « Au lieu de tout faire pour “décourager” les réfugiés de venir chercher l’asile ici, la Belgique devrait prendre sa part. »

Le secrétaire d’Etat à l’asile et la migration, Théo Francken, a envoyé cette semaine une lettre aux candidats réfugiés afghans. Cette lettre a pour objet de les dissuader de poursuivre leur demande d’asile en Belgique. Cette année, M. Francken avait déjà fait bondir les associations de défense des droits de l’homme et des réfugiés à deux reprises, après avoir envoyé une lettre similaire aux candidats irakiens.