Olivier Goessens

 
 

Le 25 mai, le président Trump participera en Belgique à un sommet de l’Otan. Le Premier ministre Charles Michel a réagi avec enthousiasme, mais plusieurs milliers de personnes ont déjà exprimé leur intérêt pour une grande marche de protestation lancée sur Facebook.

Le nouveau président des États-Unis représente une mauvaise nouvelle pour les travailleurs. On aura sans doute droit aux leçons habituelles de l'establishment sur « l'électeur bête et méchant », mais c’est pourtant la direction du Parti démocrate qui a tout fait pour nommer Hillary Clinton, « Madam Wall Street », comme candidate, plutôt que Bernie Sanders. Celui-ci aurait sans aucun doute gagné face au millionnaire. Le programme néolibéral et le langage guerrier de Donald Trump n’augurent rien de bon. C’est pourquoi un mouvement tel que celui inspiré par Sanders est indispensable, car ce n’est que de là que pourra venir une solution juste et sociale aux problèmes des travailleurs et des jeunes.

« Burn-out ? Dépression ? Adoptez tout simplement un chat et retournez travailler ! ». C'est ce qu'on pouvait lire sur l'un des trois faux certificats médicaux distribués par les jeunes de Comac, le mouvement des étudiants du PTB, aux étudiants de l'Université de Gand venus écouter le cours d'ouverture de la conférencière invitée, Maggie De Block, la ministre de la Santé publique.

Ce vendredi 20 mai, une vingtaine d'organisations de jeunes de tout le pays se sont rassemblées devant le cabinet du ministre du Travail Kris Peeters pour lancer une « Coalition des jeunes pour le retrait de la loi Peeters », bien décidée à organiser la résistance à sa réforme du travail.

Ce samedi 14 mai, comme chaque année, des dizaines de milliers de personnes venues de tous les coins du pays ont défilé à Bruxelles pour revendiquer l'égalité des droits pour les gays, lesbiennes, bi et transgenres. Et, comme les années précédentes, une délégation du PTB était présente à la Belgian Pride, la manifestation annuelle des LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual & Transgender).

Alors qu’on apprenait récemment que la Belgique était le deuxième moins bon élève européen en matière de surpopulation carcérale, le projet de méga-prison dans la périphérie bruxelloise est discuté au Parlement ce mercredi 9 mars. L’opposition, et notamment le PTB, dénonce une orientation répressive inefficace, chère, et nuisible aux habitants et à l’environnement.

Juste avant les congés de carnaval, les députés fédéraux du PTB, Raoul Hedebouw et Marco Van Hees, ont introduit à la Chambre une résolution en vue d’une lutte contre le terrorisme. Outre une analyse des mesures annoncées par le gouvernement, la résolution contient des propositions concrètes pour une approche qui ne compromettra pas nos droits démocratiques.

Pages