Olivier Goessens

 
 

Notre pays est touché par une des vagues de chaleur les plus longues et les plus chaudes de l'histoire de la Belgique. Ces phénomènes extrêmes se reproduisent de plus en plus souvent en raison du réchauffement climatique. Alors que nos décideurs politiques tentent de minimiser un accord climatique, le mouvement belge pour le climat, Climate Express, prévoit une importante mobilisation à Bruxelles, le 2 décembre.

Partout dans le monde, des gens ont exprimé leur indignation face aux images révoltantes de ces enfants enfermés dans des cages. Plus de 2300 enfants de réfugiés – la plupart originaires du Guatemala et du Salvador – étaient en effet séparés de leurs parents et enfermés dans des camps à la frontière avec le Mexique. Aux États-Unis mêmes, les importantes manifestations ont contraint Trump a faire un pas en arrière. Preuve qu’il n’est pas insensible à la pression. Le 30 juin, une grande marche de protestation est encore prévue à Washington et, le 7 juillet, à Bruxelles. 

La direction de Carrefour exerce la tactique du diviser pour régner, les travailleurs, celle de la solidarité. À Paris, le 1er mars, les travailleurs belges et français ont mené ensemble une action contre le plan de la multinationale. Perte d’emplois, fermetures de magasins, polyvalence imposée, attaques sur les conditions de travail… : la restructuration menace tous les travailleurs, des deux côtés de la frontière.

Après la tuerie du 14 février dans un lycée de Parkland, en Floride, un mouvement a été mis en place à une vitesse incroyable par des jeunes qui exigent le droit de fréquenter l'école en toute sécurité et veulent donc aussi briser le pouvoir du puissant lobby des armes. Deux semaines plus tard, leur mouvement #NeverAgain a déjà réussi à fendre plusieurs brèches dans la muraille de l'industrie américaine de l'armement. Même le président Trump a dû faire marche arrière.

Deux  ans après l’Accord de Paris sur le climat, le compte à rebours continue à tourner. Tous les pays sont sensés présenter des plans pour limiter le réchauffement climatique. La ville de Bonn accueillera un nouveau sommet en vue de faire le pont sur l’état d’avancement. Qu’en est-il en Belgique? Et que proposer pour changer radicalement de cap?  

On n'avait jamais vu une saison des ouragans aussi violente que cette année, dans l'océan Atlantique. Le 10 septembre, Irma, l'ouragan le plus violent jamais enregistré, a débarqué en Floride après un passage particulièrement dévastateur dans les Caraïbes. À peine deux semaines après Harvey, qui a durement frappé la ville de Houston, au Texas. Aujourd’hui, les Caraïbes se préparent au prochain ouragan, José. Que se passe-t-il ?

L’ouragan Harvey fait rage à Houston, Texas. Alors que le tempête continue à sévir, de plus en plus de gens s’interrogent : cette catastrophe pouvait-elle être évitée ? Est-ce un hasard si, ces dernières années, nous assistons à des phénomènes météorologiques aussi extrêmes ? L’homme et le changement climatique y sont-ils pour quelque chose ? Et les habitants de Houston ne pouvaient-ils être mieux protégés contre une telle catastrophe naturelle ?

Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Presque tous les jours, le président américain Donald Trump signe une loi aux conséquences négatives pour le peuple, le climat ou la paix dans le monde. Ses porte-parole, eux, ne craignent pas de présenter au monde des « faits alternatifs » (lisez : mensonges). Voici cinq raisons importantes pour aller manifester le 24 mai prochain contre la venue de Trump
en Belgique.

Pages