avortement

L'avortement va-t-il sortir du code pénal ? C'est ce dont la Commission Justice du Parlement fédéral débat aujourd'hui. Le PTB veut une vraie dépénalisation, sans plus aucune sanction pénale sur les femmes, avec un rallongement du délai à 18 semaines et un temps de réflexion plus court de 48h.

Ce mercredi 4 juillet, la question de la suppression de l'avortement du code pénal est à l'agenda de la commission Justice de la Chambre. Ces dernières années, diverses propositions de loi ont déjà été déposées – entre autres par le PTB –, sans que rien ne bouge vraiment. Il y aura donc quand même un débat juste avant les vacances parlementaires.

Ce vendredi, la population irlandaise était appelée à se prononcer par referendum pour ouvrir la porte à un assouplissement de la législation sur l'avortement. Le PTB soutient les femmes et les hommes qui, en Irlande, se battent pour défendre les droits des femmes. D’ailleurs, en Belgique aussi, le combat continue.

Sortir l'interruption volontaire de grossesse (IVG) du Code pénal ? C'est le débat qui se posait concrètement en Commission Justice de la Chambre, ce mercredi 2 mai. Diverses propositions de loi, dont celle du PTB, demandent sa suppression du code pénal. L'IVG n'y a tout simplement pas sa place. Les partis du gouvernement ont tout fait pour enterrer le débat.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l’avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas, aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours inscrit au code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Peu de pays reconnaissent le droit à l’avortement comme un droit humain fondamental. Partout dans le monde, le libre choix des femmes à devenir mère ou pas est de plus en plus mis sous pression. Le PTB, son mouvement des femmes Marianne et son mouvement étudiant Comac participeront à la manifestation européenne pour le droit de chaque femme à disposer de son corps.

L’interruption volontaire de grossesse est un droit fondamental de la femme. C'est pourquoi les députés du PTB Marco Van Hees et Raoul Hedebouw introduisent cette semaine une proposition de loi destinée à retirer l'avortement du droit pénal.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’avortement n’a toujours pas été dépénalisé dans notre pays. Pourtant, les femmes doivent pouvoir décider librement et bénéficier de tous les soins médicaux dont elles ont besoin.

Le Centre d’Action laïque a récemment dénoncé le fait que des animations sur le droit à l’avortement était réalisé dans les écoles par le Groupe Croissance, dont le but est de décourager la pratique de l’avortement.

La loi sur l’avortement existe depuis 25 ans. Pourtant, les femmes qui optent pour une interruption de grossesse sont toujours confrontées à une situation des plus problématiques. Il est donc plus que jamais temps d’introduire des amendements, estime Justine Begerem, du mouvement de femmes du PTB, Marianne.

Pages