Femmes

Le PTB condamne avec la plus grande fermeté l'agression islamophobe et sexiste d'une rare violence commise à Anderlues. Un rassemblement solidaire a eu lieu à Charleroi ce lundi 9 juillet, alors que le gouvernement fédéral reste silencieux.

L'avortement va-t-il sortir du code pénal ? C'est ce dont la Commission Justice du Parlement fédéral débat aujourd'hui. Le PTB veut une vraie dépénalisation, sans plus aucune sanction pénale sur les femmes, avec un rallongement du délai à 18 semaines et un temps de réflexion plus court de 48h.

Ce mercredi 4 juillet, la question de la suppression de l'avortement du code pénal est à l'agenda de la commission Justice de la Chambre. Ces dernières années, diverses propositions de loi ont déjà été déposées – entre autres par le PTB –, sans que rien ne bouge vraiment. Il y aura donc quand même un débat juste avant les vacances parlementaires.

Ce vendredi, la population irlandaise était appelée à se prononcer par referendum pour ouvrir la porte à un assouplissement de la législation sur l'avortement. Le PTB soutient les femmes et les hommes qui, en Irlande, se battent pour défendre les droits des femmes. D’ailleurs, en Belgique aussi, le combat continue.

En Belgique, les femmes ont en moyenne 34 % de pension en moins que les hommes. Un chiffre consternant, constate Kim De Witte, spécialiste pension du PTB, dans une carte-blanche parue sur Knack.be que nous publions ci-dessous. Il explique qu’il est tout à fait possible de faire autrement, comme le prouvent des exemples à l’étranger.

Au niveau mondial, d’après les Nations unies, un tiers des femmes, soit un milliard de personnes, sont victimes d’agressions physiques et autres formes de violence. La campagne #Metoo donne une voix à ces femmes et montre que la violence sexuelle est bien plus fréquente que ce que beaucoup pensaient...

Ce 8 mars, le PTB et son mouvement de femmes Marianne soutiendront les luttes pour de meilleures pensions, contre les violences faites aux femmes et pour sortir l’avortement du code pénal. De bonnes raisons pour se bouger à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes et ne pas lâcher la pression contre la régression de leurs droits.

Une centaine de femmes, dont Catherine Deneuve, défendent la « liberté [des hommes] d’importuner [les femmes] », dans  une tribune parue dans le Monde. « Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste », selon elles. Une claque aux femmes qui subissent les violences et le sexisme au quotidien, explique Françoise De Smedt (du PTB Bruxelles) sur Facebook.

#metoo. Ce simple hashtag a fait sauter une digue de silence. Des milliers de femmes ont récemment témoigné sur les réseaux sociaux de tout ce qu’elles avaient déjà subi comme violences et harcèlement. Après avoir brisé le silence sur les réseaux sociaux et dans les médias, il reste à se faire entendre dans la rue. Le PTB participera à la manifestation contre les violences faites aux femmes du 25 novembre prochain organisée par la plateforme Mirabal. Rencontre avec Irène Zeilinger, une des initiatrices.

C’est une triste réalité. Au cours de sa vie, chaque femme est confrontée à différentes formes de violences, parce qu’elle est une femme. 

Pages