Pauvreté/Riches

« Aujourd'hui, des dizaines de milliers d'enfants qui grandissent dans la pauvreté ont trouvé des chaussons vides pour la Saint-Nicolas. Ça, ça aurait valu une crise politique ! Mais non, on a une crise sur un pacte non contraignant ! »

Le financier carolo Albert Frère, qui vient de décéder à 92 ans, était un des symboles du capitalisme belge. Il lègue à ses héritiers une fortune gigantesque : 6,3 milliards d'euros. Comment a-t-il fait pour accumuler un tel capital ? Il a usé de diverses techniques, mais sa méthode préférée était certainement de pomper l’État. Aperçu…

Nos salaires réels baissent. C’est ce que beaucoup ressentent à la fin (la moitié?) du mois, et c’est ce qu’a confirmé le dernier rapport sur les salaires de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Un constat que certains contestent. Voici pourquoi nos salaires baissent bel et bien et pourquoi il faut inverser la tendance.

Les récentes augmentations des prix de l’essence et du diesel on constitué un coup dur pour le revenu des travailleurs. En effet, cette hausse n’est pas prise en compte dans l’indexation des salaires. Le PTB a donc introduit une proposition de loi pour rétablir un véritable indice des salaires qui prend en compte le prix de l’essence et du diesel.

Le mouvement des gilets jaunes impressionne par sa détermination. Face à cette mobilisation des politiciens traditionnels grassement payés par nos impôts réduisent la colère des gens à un problème de « perception ». « Dans quel monde vivent-ils ? » réagissent les gilets jaunes, qui restent mobilisés. C’est que leur mouvement porte sur bien plus de choses que la seule hausse du carburant.

La forte hausse des prix du carburant a provoqué un mouvement de colère important. Pour le PTB, il n’est pas normal que le coût de la vie augmente autant et que les salaires ne suivent pas. Il faut réintroduire l’essence et le diesel dans l'indexation des salaires et arrêter la hausse des taxes injustes.

Les prix de l’essence et du diesel grimpent en flèche. Un coup dur pour le revenu des travailleurs, puisque cette hausse n’est pas prise en compte dans l’indexation des salaires. Le PTB veut le rétablissement du véritable indice des salaires qui prend en compte le prix de l’essence et du diesel, ainsi qu’un plan climat ambitieux qui fait payer les géants du pétrole.

S’il y a en moyenne 12 000 millionnaires en plus en Belgique chaque année (oui oui), la pauvreté des travailleurs, avec et sans emploi, augmente. Pour le PTB, la situation est inacceptable. Le parti de gauche veut faire de la lutte contre la pauvreté une priorité, tant au niveau local que national, propositions à l'appui.

« Il y a un problème de logiciel dans ce gouvernement. Vous avez décidé de vous battre à fond pour les classes les plus riches. J’espère que, dans les semaines et mois à venir, le mouvement populaire va reprendre le flambeau du combat et vous faire reculer. »

Le Top-50 des ristournes fiscales fait mal. Chaque année, le PTB réalise ce classement des sociétés belges profitant des plus importants cadeaux fiscaux. Et, chaque année, des critiques sont lancées contre le Top-50. Pourtant, chaque année aussi, l'étude (lire ici) comprend déjà elle-même la réponse à ces critiques. Reprenons-donc, une fois encore…

Pages