Belgique

Riet Dhont est la responsable du groupe de travail du PTB « Amitiés sans frontières ». Depuis quatre semaines, elle se rend au Parc Maximilien, en face de l’Office des Etrangers, pour soutenir les réfugiés qui y ont trouvé un abri de fortune. Elle a vu se développer un immense élan de solidarité. Ce sont désormais des milliers de personnes qui apportent leur aide. Riet Dhont veut étendre ce mouvement à toute la Belgique.

Les postiers et postières sont fier.e.s de leur métier. Mais ils et elles sont aussi en colère. L'explosion de la charge de travail est difficile à supporter, alors que les salaires ne suivent pas. Pour le PTB, il faut sortir de la logique de profit imposée par la Bourse afin de retrouver une poste au service des gens et non du profit.

Durant les élections communales, le PTB a notamment fait campagne sur l’idée d’imposer 30 % de logements sociaux dans les grands projets immobiliers privés. Une proposition jugée complètement irréaliste par le PS lors des négociations. Mais, le 14 novembre dernier, on apprenait que les socialistes déposaient une proposition de décret dans ce sens au Parlement Wallon. « On voit que les idées du PTB percolent jusque dans les rangs du PS, nous ne pouvons que nous en réjouir », commente Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB.

Ce 14 novembre, la Chambre a approuvé la création d'un « Conseil National de la Productivité ». Un nouvel instrument du gouvernement pour justifier ses politiques antisociales. Le PTB a introduit un amendement visant la création d’un « Conseil national du burn-out ». La santé des travailleurs doit passer avant la course aux profits.

Le 14 novembre, à la Chambre, le député PTB Marco Van Hees a interpellé le Premier ministre sur le pacte de l’ONU sur les migrations. Charles Michel s’était engagé à signer ce texte en décembre, mais il semble maintenant vouloir revenir sur son engagement, sous la pression de la N-VA et de la nouvelle droite dure dans le monde.

Après Lidl, Ryanair et Aviapartner, c'était au tour des postiers de se mobiliser pour plus de respect et le droit de travailler dans de bonnes conditions. Un mouvement exemplaire qui, même s'il n'est pas encore fini, a déjà fait trembler la direction. Voici six leçons que l'on peut tirer de cette première mi-temps sociale.

Le PTB s’oppose à la volonté du gouvernement de supprimer la possibilité de crédits-temps de fin de carrière à 55 ans et soutient les appels des organisations syndicales à se mobiliser le 14 décembre prochain.

Le dimanche 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence envers les femmes, la plateforme Mirabal organise à Bruxelles une manifestation nationale. Elle exige ainsi un engagement bien plus important du politique dans la lutte contre cette violence. Le PTB et son mouvement des femmes Marianne appellent à une mobilisation massive pour cette manifestation.

Du député MR à la Fédération Wallonie-Bruxelles Fabian Culot à Bart De Wever, plusieurs politiciens traditionnels ont tenté de diaboliser la gauche radicale en l’assimilant à l’extrême droite. De nombreux intellectuels ont déjà eu l’occasion de démontrer à quel point cette comparaison est fausse.

La ministre De Block poursuit sa chasse aux malades de longue durée. Elle veut désormais déterminer « de manière scientifique » la durée d'une incapacité de travail suite par exemple à un burn-out. C'est non seulement insensé au plan médical, mais cela n'apporte par ailleurs aucune solution au nombre élevé de malades de longue durée.

Pages