Articles overview page

ManiFiesta, c'est de la culture. Mais une culture différente de la culture dominante : une contre-culture. Voici quatre rencontres à ne pas manquer pour contribuer à développer cette contre-culture progressiste.

La droite domine avec son discours agressif sur les médias sociaux. Avec des dessins humoristiques ou des tweets, on peut faire passer des valeurs du chacun pour soi ou de division…  mais aussi de solidarité. Et inverser la tendance. Passionné de communication ? Ou simplement envie de mettre votre talent au service d’un monde plus juste ? Alors cette invitation est pour vous.

Imaginez : une organisation d'élèves qui, dans chaque école, s'opposent à toute forme de discrimination. Les élèves de ces écoles se sentent mieux dans leur peau. Et cela ne s'arrête pas aux portes de l'école. Cette proposition du programme Arc-en-ciel, le programme pour les holebis et les transgenres du PTB à Anvers rencontre un gros succès.

À Liège et Charleroi, le PTB a lancé la campagne communale avec l’idée de diviser par deux le salaire des bourgmestres. Les deux mayeurs socialistes de ces villes, Willy Demeyer et Paul Magnette, ont rejeté l’idée d’une même voix, la traitant de « populiste ». Mais ont-ils vraiment besoin de gagner plus de 10 000 euros bruts par mois ? Voici pourquoi - et comment - nous proposons de changer cela.

« Impensable ! Populiste ! Et la valorisation du travail ? » De nombreux politiciens traditionnels ont ainsi réagi à la proposition du PTB de diviser par deux le salaire des bourgmestres des grandes villes. Une proposition qui vise l’intégrité, fondement pour tout retour aux sources d’une gauche conséquente. Tout comme l’a fait Ada Colau, la maire de Barcelone, qui, en entrant en fonction, a divisé son salaire… par quatre.

'Coupons les mains, le Congo est à nous'. Ce qui s'est passé au Pukkelpop illustre bien le problème que les crimes de la colonisation du Congo sont à peine abordés dans l'enseignement.

Le CEO de bpost, Koen Van Gerven, estime dans le Soir que « nous sommes arrivés au bout de notre modèle ». Et d’annoncer notamment la fin des tournées quotidiennes. En clair, il s’agit pour lui d’encore augmenter les profits. Pour le PTB, au contraire, une poste publique qui tourne selon les besoins de gens et le respect des travailleurs est nécessaire.

C’est le troisième assaut du gouvernement Michel-De Wever sur les salaires. Il s’agit de s’attaquer aux barèmes. Et de casser toute solidarité entre travailleurs. Ça vous étonne ?

L’équipe liégeoise du PTB est dans les starting-blocks : la campagne électorale est lancée. Avec Raoul Hedebouw, le porte-parole national du PTB, comme pousseur de liste, et la conseillère communale Sophie Lecron en tête. Et tous deux avec des traits rouges sur les joues, symboles de combativité.

A Charleroi, le PTB donnait aujourd’hui le coup d’envoi de sa campagne électorale. Les têtes de listes, aux traits rouges rebelles sur les joues, ont présenté le programme et leur ambition de reconquérir la ville.

Pages