Les avions de Ryanair risquent de rester au sol ce 10 août... (Photo Flickr/Viaggio Routard)

Ryanair sanctionne le droit de grève, les travailleurs ripostent

Alors que le personnel de la compagnie low-cost venait de mener deux jours de grève, la direction lui a envoyé une lettre menaçante. Face à cette attaque frontale du droit de grève, les pilotes ripostent en déposant un nouveau préavis pour le 10 août prochain.

Ryanair et son PDG Michael O'Leary sont connus pour bafouer tous les droits sociaux des travailleurs de la multinationale irlandaise. Ils refusent de payer les jours de maladie, imposent le respect des lois sociales nationales, mettent en place des cadences intenables et vont jusqu'à faire payer l'eau bue par le personnel en exercice. Violant au passage un certain nombre de lois et de principes de base du droit social. C'est comme cela que Ryanair s'est construite agressivement comme compagnie low-cost, devenant la compagnie N°1 en termes de nombre de passagers transportés en Europe et avec des bénéfices annuels estimés à plus d'1 milliard d'euros.

C'est pourquoi les travailleurs ont décidé d’entrer en action pour exiger un minimum de respect et leurs droits, à l'occasion d'une grève à l'échelle européenne historique dans une entreprise multinationale sans aucune tradition syndicale (et pour cause). Cette grève de la semaine passée fut une réussite.

Et qu'a fait Michael O'Leary ? Il a envoyé un courrier personnalisé à chaque gréviste pour lui annoncer qu'il avait fait une faute grave et qu'il risquait purement et simplement le licenciement.

Voilà le vrai visage de l'arrogance et l'agressivité d'un capitaliste assis à la tête d'une des plus grandes multinationales européennes. Tout cela jusqu'ici avec la complicité passive de l'élite politique tant belge qu'européenne.

Le ministre de l'Emploi, Kris Peeters (CD&V), a simplement écrit à O'Leary pour « éviter l'escalade » alors qu'un droit élémentaire, celui du droit de grève est attaqué frontalement.

Grève ou esclavage

En période d'attaque généralisée contre le droit de grève, ce n'est pas un hasard évidemment que des patrons se sentent pousser des ailes...

Mais les travailleurs et leurs syndicats ne vont pas se laisser faire. L'association belge des pilotes de ligne (BeCA) et la CNE appellent les pilotes de la compagnie basés en Belgique à se joindre à l’action de grève qui aura lieu le 10 août prochain dans plusieurs pays européens. Ce sera ainsi la seconde grève transnationale européenne, après celle des 25 et 26 juillet derniers. Les pilotes et leurs organisations exigent le retrait des menaces à l’encontre du personnel de cabine contenues dans la lettre de la direction, s’opposent aux préavis de délocalisation/licenciement envoyés au personnel navigant basé à Dublin, demandent l'application des législations nationales et l'instauration d’un « vrai dialogue social ».

Le conflit à Ryanair le démontre : on a besoin de syndicats et de droit de grève car, sinon, c'est le retour à l'esclavage.

 

Faire grève coûte cher
Celles et ceux de RyanAir qui ont fait grève risquent le licenciement mais aussi une perte directe de salaire pour deux jours de grève :
- 360 euros pour un steward junior.
- 480 euros pour un chef de cabine.
« Si je gagne 800 euros ce mois-ci, je peux m'estimer heureux », ironisait Sarkis Simonjan, steward chez Ryanair, qui a eu le courage de témoigner au JT de la RTBF lundi 30 juillet, et qui ne gagne pas plus de 1200 euros par mois en temps normal. Malgré ces sanctions, Sarkis se dit prêt à repartir en grève s'il le faut. « On a enfin brisé le silence. Il faut dire “stop”. Ca devient l'esclavage du 21ème siècle. On ne peut plus le supporter. »
Après les grèves en Belgique, Irlande, Italie, Espagne, Portugal de la semaine dernière, les pilotes Ryanair en Allemagne ont voté la grève à 97 %... La résistance sociale s’organise chez Ryanair.

 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Même si la grève du 25/07 ma fortement impacté,il faut soutenir les travailleurs de Ryanair et tous autres mouvement qui peut nous faire revenir vers des salaires correctes,indemnités maladie,chômage ect.....retrouver de la dignité pour nous tous.Pour ma pars,Ryanair c'était une première et sera la dernière si rien ne change.J'espère qu'au élections de 2019 une majorité des électeurs changerons le cour de l'histoire et retrouverons la raison en votent vers une gauche qui remettra la personne au centre de la vie et non plus la finance qui enrichisse c'est gros bourgeois qui ne pense qu'à leur personne. Que le combat continue,nous pouvons tous ensemble faire changer les choses. Sympathisant du PTB
Ce conflit est absolument légitime. A l'Union Européenne d'agir, pour que le dumping social (et fiscal) cesse ! Rappelons-nous de cette vieille chanson d'Alain Souchon : https://www.youtube.com/watch?v=HyRRReWtU1M Elle est plus que jamais d'actualité !