Photo Solidaire, Sophie Lerouge.

Pension à points : la mobilisation réussit à faire reculer le gouvernement

On entend parfois dire que « cela ne sert à rien de se mobiliser car le gouvernement n’écoute de toutes façons pas ». Et c’est vrai qu’il préfère écouter les quelques voix de l’élite plutôt que celle des travailleurs. Par contre, il réagit face à la pression de la mobilisation venue d'en bas. Mais pour cela des conditions sont nécessaires.

Laissons parler les faits :

  • Le 28 octobre 2017, le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) déclare : « J’introduirai un projet de loi sur la pension à points avant la fin de l'année. » (Het Belang van Limburg)
  • Le 19 décembre 2017, le jour de la première manifestation pour les pensions, il déclare qu'il introduira un texte au printemps. (La Libre)
  • Le 15 janvier 2018, il déclare dans la presse qu'il introduira un texte en juin.
  • Le 28 avril 2018, il déclare dans La Libre : « Il ne faut pas absolument voter les textes avant la fin de la législature. Il y a d’abord un effort pédagogique à faire. »
  • Le 27 mai dernier, quelques jours après la manifestation du 16 mai, Vincent Van Quickenborne - député libéral flamand et ancien ministre des Pensions - déclare à la télévision : « Mon impression est qu’elle ne viendra plus [la pension à points]. Et le ministre l’a confirmé il y a deux semaines. D’où cela vient-il ? C’est une réforme drastique du système. Il y a hélas des insécurité et des incertitudes. Des gens ont laissé entendre que les pensions pourraient baisser en fonction de la conjoncture économique. (…) Le système à points comme il est présenté va dans la bonne direction. (…) Mais ce n’est apparemment pas encore mûr. Et, pour le dire honnêtement, nous sommes trop proches des élections pour prendre encore une décision sur ce point. »

Traduction : avec la mobilisation sociale, il y a trop de gens qui ont compris que la pension à points est une pension tombola qui - en fonction de la conjoncture économique et de l’espérance de vie - nous fera travailler automatiquement plus longtemps pour moins de pension. Vouloir forcer les choses avant les élections risque nous faire perdre trop de plumes.

Les raisons du recul

Il y a plusieurs raisons qui font que le gouvernement a dû céder face à la pression de la mobilisation sociale.

D’abord, le dossier des pensions et l’un de ceux où la colère était la plus grande dans la population.

Ensuite, cette pression s’est manifestée de façon large, avec un mouvement national, interprofessionnel, en front commun et avec le soutien de la population.

Enfin, l’objectif était clair, comme lors de la manifestation du 16 mai, où 70 000 personnes ont manifesté pour dire clairement « non » à la pension à points.

Cette unité et la clarté dans l’objectif ont conduit le gouvernement a devoir finalement reculer sur la pension à points. Et ce qui est vrai pour la pension points est aussi vrai pour les métiers pénibles.

Alors, si nous continuons une sensibilisation et mobilisation larges, et que nous avançons unis sans nous laisser diviser entre secteurs publics et privés, flamands et wallons, jeunes et anciens, nous pouvons faire reculer le gouvernement. Si nous sommes déterminés à dire que travailler jusque 67 ans, c’est pénible pour tout le monde, et que nous manifestons à nouveau massivement en septembre, nous pouvons faire reculer le gouvernement.

Près de 40 000 personnes ont signé notre pétition.

En route vers les 50 000 : www.pastoucheanospensions.be.

 

Pension à points : un enjeu de lutte pour l’Europe

La pension à points est une tendance européenne. C’est une recette que les patrons et gouvernements européens veulent généraliser. En effet, pour eux, c’est tout bénef d’avoir un système qui fait automatiquement travailler plus longtemps pour moins de pension. Tour d’horizon.

Manifestation pour les pensions en Espagne. (Photo Jorge Lizana / Fotomovimiento)

Espagne

Depuis l’automne 2017, des dizaines de milliers de « pensionistas » descendent régulièrement dans les rues de plus de 70 villes de toute l’Espagne. Les deux plus grands syndicats aussi ont organisé de grandes actions dans tout le pays, notamment lors du 1er Mai.

Ils réclament le retrait d'un ensemble de réformes antisociales prises il y a plusieurs années et dont les effets se font sentir pleinement aujourd'hui. Notamment une réforme proche du système à points, qui a introduit ce que le gouvernement appelle un « facteur de soutenabilité ». Concrètement, le pouvoir d'achat des pensions baisse en fonction de l’état de l’économie, du budget, et de l’espérance de vie.

France

La prochaine étape, c’est la France. Le président Macron a annoncé fin mai vouloir lancer les travaux pour mettre en place un système de retraites à points.

Cette réforme s’inscrit dans la continuité de la casse des statuts amorcée par le gouvernement, et notamment celui des cheminots, qui a donné lieu à un des plus grands mouvements de lutte sociale en Europe de ces dernières années. C'est cette logique qu'a dénoncée le sénateur du Parti communiste français (PCF) Fabien Gay au Sénat français le 30 mai : « Vous voulez le scalp [du statut] des cheminots, mais en vérité, vous voulez vous attaquer à la retraite. Parce que le statut va avec la retraite et que demain, vous voulez mettre toutes les retraites de ce pays au plus bas niveau. »

Les repoussoirs : la Suède et l’Allemagne

Mais que donnent donc les pays où le système à points a déjà été instauré ?

L’Allemagne compte 2,7 millions de plus de 65 ans qui vivent sous le seuil de pauvreté. Depuis l’instauration du système, les pensions ont diminué de 10 % par rapport aux salaires.

En Suède, pour pouvoir obtenir le même montant que ce qu’un pensionné touchait avant à 65 ans, les travailleurs devront travailler jusqu’à 68 ans. Oh, bien sûr, les Suédois peuvent toujours s’arrêter à 65 ans. Mais alors, ils touchent nettement moins. Autrement dit, beaucoup n’ont pas le choix.

Est-ce cela que nous voulons ? La victoire – même temporaire – que nous avons arrachée contre la pension à points en Belgique est une source de motivation pour le combat en France et en Espagne. Et inversement, les luttes françaises et espagnoles sont des inspirations pour la Belgique. Partout c'est le même combat qui se mène contre l'Europe qui s'assied sur les gens pour servir uniquement une petite élite financière.

La pension à points, c'est quoi encore?

Pour rappel, la pension à points, c'est ce mécanisme par lequel le gouvernement veut allonger automatiquement notre carrière ou baisser le montant de notre pension en fonction de l'espérance de vie ou de la situation budgétaire. Ce système existe en Suède depuis des années et aujourd'hui, il faut travailler jusque 68,5 ans pour gagner la pension qu'on avait avant à 65 ans. En Allemagne, depuis qu'on a introduit la pension à points en 2002, le montant des pensions a baissé de 10 % par rapport aux salaires. Résultat ? 2,7 millions d'Allemands de plus de 65 vivent sous le seuil de pauvreté. La pension à points c'est donc travailler plus longtemps alors qu'on est malade du boulot. La pension à points c'est donc des pensions encore plus petites alors qu'on a déjà les pensions parmis les plus basses d'Europe.

Étiquettes

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

ha oui mais comme je vois il a pas que le gouvernement qui recule pour la pension a point , le ptb aussi et en recule d aprés les intention de vote RTL , donc serait temps de réagir vite au ptb ??????
AH......les fameux sondages......ils n'ont pas de valeur. Comment RTL peut indiquer "grand baromètre" en questionnant 2.500 personnes avec une marge d'erreur de +-3% ? Est-ce vraiment représentatif ? C'est complètement ridicule !!!!