Le PTB lance une action en ligne pour soutenir les travailleurs de Ryanair

« Le respect, réagit Raoul Hedebouw, porte-parole national et député fédéral du PTB. Voilà ce que demandent les travailleurs de Ryanair. Depuis des mois, ils luttent contre le dumping social qui vit dans leur entreprise. Nous voulons les soutenir dans ce combat, ainsi que demander le respect de leur droit à faire grève et à l'action collective. »

Ce vendredi 10 août, les travailleurs de la compagnie aérienne low-cost Ryanair seront à nouveau en grève. Et ce, dans cinq pays différents : la Belgique, les Pays-Bas, l’Irlande, la Suède et l’Allemagne.

« Le respect, réagit Raoul Hedebouw, porte-parole national et député fédéral du PTB. Voilà ce que demandent les travailleurs de Ryanair. Depuis des mois, ils luttent contre le dumping social qui vit dans leur entreprise. Nous voulons les soutenir dans ce combat, ainsi que demander le respect de leur droit à faire grève et à l'action collective. »

En effet, face à cette résistance des travailleurs, la direction de Ryanair a répondu avec des menaces qui ne sont rien d’autre qu’une attaque contre le droit de grève. « Et que font le gouvernement et l’Union européenne ? dénonce Raoul Hedebouw. Rien. Ils regardent passivement. »

Face à ce silence du gouvernement et de l’Union européenne, le PTB lance donc une action de solidarité. Le parti de gauche invite chacun à se rendre sur www.supportryanaironstrike.be pour y signer un message adressé au Premier ministre Charles Michel, au ministre du Travail Kris Peeters ainsi qu’à la commissaire européenne à l’Emploi, Marianne Thyssen. Ce message contient deux demandes claires : d’abord, la fin de l’impunité pour Ryanair, avec des mesures contre le dumping social dans l’entreprise ; ensuite, le respect du droit de grève et un soutien aux travailleurs de Ryanair.

Ryanair et son PDG, Michael O'Leary, sont d’ailleurs connus pour bafouer tous les droits sociaux : refus de payer les jours de maladie ou de respecter les lois sociales, cadences intenables, menaces de sanctions contre les grévistes… Ils vont jusqu'à faire payer l'eau bue par le personnel. « Tout cela, pour assurer des bénéfices qui se comptent en milliards à M. O'Leary et aux actionnaires », poursuit le porte-parole du PTB.

L’action est lancée en trois langues : français et néerlandais, bien sûr, mais aussi en anglais. « Cela fait écho à l'ampleur européenne de la grève, et permettra à des personnes solidaires de soutenir cet action à un niveau international », conclut Raoul Hedebouw.

Je signe

 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.