Photo Louis Concorde / Flickr.

Le PTB dépose une proposition de loi pour que nos salaires suivent vraiment le coût de la vie

Les récentes augmentations des prix de l’essence et du diesel on constitué un coup dur pour le revenu des travailleurs. En effet, cette hausse n’est pas prise en compte dans l’indexation des salaires. Le PTB a donc introduit une proposition de loi pour rétablir un véritable indice des salaires qui prend en compte le prix de l’essence et du diesel.

En une seule année, entre octobre 2017 et octobre 2018, le diesel et l'essence ont augmenté respectivement de 20,8 % et de 10,2 %. « L'ancien indice des salaires aurait partiellement amorti cette augmentation, explique Raoul Hedebouw, le porte-parole du PTB. Ce que ne fait plus l'indice actuel, qui a été manipulé, puisque le diesel et l'essence n’en font plus partie. »

« Il n'est pas normal que Catherine, qui travaille dans le gardiennage et doit être à 6 heures à son poste, doive payer de plus en plus pour arriver à son boulot car elle n'a pas d'alternative à la voiture », illustre le porte-parole du PTB.

« C'est le travailleur qui paie la facture d'un indice manipulé, poursuit Raoul Hedebouw. En effet, l'indexation des salaires ne suit plus le coût réel de la vie depuis 1994, lorsque le gouvernement CD&V, sp.a, PS et cdH en ont retiré quatre éléments. C'est pourquoi le PTB veut le rétablissement du véritable index : l'indice des prix à la consommation doit être pris en compte pour les salaires, et cela doit inclure la forte augmentation de cette dernière année. »

Le service d'études du PTB a d’ailleurs calculé ce que l'indice manipulé – « l'indice santé » dans lequel les prix du diesel, de l'essence, du tabac et de l'alcool ont été retirés – a coûté en un an à un travailleur payé au salaire médian : plus de 300 euros. (Lire ici l'étude complète du service d'études du PTB.)

« Les travailleurs paient le prix d'une rentrée d'argent facile pour le gouvernement, dénonce Raoul Hedebouw. Celui-ci augmente les taxes sur le diesel et l'essence mais n'a pas l'ombre d'un plan climatique ambitieux. Nous voulons le retour à un véritable indice des salaires et la mise en œuvre d'un plan climat digne de ce nom. Les géants du pétrole doivent aussi contribuer. Il est hypocrite de faire payer lourdement les travailleurs pour leur mobilité et de ne pas faire contribuer les grandes entreprises pétrolières qui font des milliards de profit grâce aux prix très élevés des carburants. »

Le PTB a lancé une pétition dans ce sens.

Cette vidéo de Raoul Hedebouw qui dénonce l'hypocrisie du Premier ministre à ce sujet a été vue plus d'un million de fois.

Partagez-la sur Facebook !

 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Vous parlez dans votre analyse d'un salaire brut de 3489 brut /mois c'est par sérieux , la majorité des travailleurs gagnent beaucoup moins, ma fille travailleuse de nuit aide -soignante gagne 2000€ net , en pension depuis peu de temps , j'ai travaillé comme ouvrier qualifié aucun ouvrier n'à jamais gagné 3489€ brut car cela le net au environ de 2500€ ce qui est un gros salaire