Le président du PTB Peter Mertens en visite à la Gauche unitaire au Parlement européen

auteur: 

Marc Botenga

Journée particulière, au Parlement européen ce mercredi 27 janvier. Le PTB y a été reconnu comme « membre associé » du groupe Gauche unitaire, qui réunit les partis de la gauche conséquente au sein du Parlement européen. Le président Peter Mertens a été invité à présenter le PTB.

Au Parlement européen, divers groupes sont actifs. Les démocrates chrétiens et les sociaux-démocrates contrôlent le Parlement. À gauche de ce centre, il y a la Gauche unitaire européenne (GUE/NGL), le cinquième groupe politique en importance, avec 52 élus de 19 formations provenant de 14 États membres de l’UE. Entre autres, Die Linke (Allemagne), Front de gauche (France), SP (Pays-Bas), Sinn Féin (Irlande), AKEL (Chypre), Izquierda Unida et Podemos (Espagne) et le Parti communiste du Portugal en font partie.

Le PTB n’a pas encore de parlementaires européens, même si, selon tous les sondages récents, ce sera le cas en 2019. La Gauche unitaire a toujours entretenu la tradition démocratique de permettre à des « membres associés » de participer aux travaux du groupe. Ainsi, les partis qui n’ont pas encore de parlementaires européens peuvent quand même collaborer aux activités se déroulant au Parlement européen. Dans le passé, AKEL (Chypre) et le Parti du Travail de Suisse (PST) ont bénéficié eux aussi de ce statut. Aujourd’hui, outre le PTB (Belgique), Dei Lenk (Luxembourg) et le Sosialistisk Venstreparti (Parti socialiste de gauche norvégien) ont également le statut de membres associés.

La Gauche unitaire (GUE/NGL) a invité ce mercredi 27 janvier le président Peter Mertens à venir présenter le PTB. La présidente du groupe Gabi Zimmer (Die Linke) a chaleureusement reçu le président du PTB et a fait savoir clairement que pour la Gauche unitaire aussi, il était très intéressant d’accueillir un parti belge. Cela n’a rien d’un détail, a-t-elle dit, quand on sait que la plupart des parlementaires européens et leur équipe séjournent trois semaines sur quatre à Bruxelles. La secrétaire générale Marina D’Alimonte s’est aussi exprimée : « Parfois, il nous a semblé que la Belgique était le pays le plus éloigné de toute l’Europe, du fait qu’aucun parti belge n’était membre de notre groupe. Cela va changer, désormais. »

À son tour, Peter Mertens a expliqué clairement que le PTB, en s’associant au sein de la Gauche unitaire, pouvait révéler beaucoup de choses sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il suffit de voir les discussions européennes autour de la directive portuaire, de la privatisation des chemins de fer et de la politique d’austérité pour comprendre l’importance de l’Europe. Il a conclu son intervention par un message disant que les forces de gauche conséquentes en Europe ne peuvent se payer le luxe de ne pas collaborer mutuellement. C’est précisément en apprenant les unes des autres et en travaillant ensemble qu’elles seront plus fortes, et dans leur propre pays aussi.

A la marge de la réunion de groupe, il y a eu une rencontre entre Peter Mertens et Declan Kearney, président national du Sinn Féin irlandais. Les deux présidents ont parlé du 100e anniversaire de l’Insurrection de Pâques, de la Troïka et de la situation du peuple irlandais, de la campagne du « droit à l’eau » et des prochaines élections en Irlande. Par la même occasion, le spécialiste PTB de l’énergie, Tom De Meester, a eu un long entretien avec la parlementaire irlandaise Lynn Boylan, de Dublin (Sinn Féin), sur la question de savoir ce que nous pouvons tirer comme enseignement de la campagne irlandaise du « droit à l’eau » et contre le prix trop élevé de cette même eau. La discussion a été un échange sur la cherté de l’eau, de l’électricité et surtout sur l’opposition à cette situation. Ainsi donc, la nouvelle collaboration au sein de la Gauche unitaire s’est tout de suite traduite de manière concrète.

Article publié dans le mensuel Solidaire de mars 2016Abonnement.

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Extra !!! L'excellence belge de la gauche ! Pour une résistance élargie à l'Europe carnivore des libéraux avérés ou non qui menacent chaque jour un peu plus nos libertés, notre dignité et notre niveau de vie. Espérons aussi ouvrir la porte à de nouvelles vraies gauches des pays de l'Est. Mais c'est très réconfortant et très motivant. Bravo sur toute la ligne.