Articles overview page

Le « nouveau » gouvernement Michel II est minoritaire et sera combattu, surtout qu’il continue sur la lancée de Michel I, avec ses mesures antisociales, a réagi Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB.

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits." C'est ce qu'a proclamé il y a 70 ans la Déclaration universelle des droits de l'homme. Fini de réserver le droit de vote uniquement aux plus riches. Fini de considérer certains êtres humains comme inférieurs en droit. Cette déclaration est révolutionnaire. Elle consacre même les congés payés, la sécurité sociale ou le droit à la santé. C'est sans doute pour cela qu'elle est tellement malmenée.

« Ce qui se passe en France va se passer aussi en Belgique, a dit Raoul Hedebouw (PTB) cette semaine au Parlement. « Accrochez-vous. Parce que de plus en plus de gens verraient bien votre gouvernement tomber tellement ils en ont marre des mesures antisociales qui sont prises contre les gens. »

Le Pacte de l'Onu sur les migrations n'est pas un Pacte « frontières ouvertes ». Il réaffirme des droits déjà existants et ouvre timidement des pistes pour répondre aux questions des migrations, comme le fait d'agir sur les causes qui poussent des gens à quitter leur pays. Alors pourquoi une telle campagne contre de la part de la N-VA et du Vlaams Belang ? Manipuler le contenu de ce Pacte permet d'amener leur agenda du « diviser pour régner ».

Le financier carolo Albert Frère, qui vient de décéder à 92 ans, était un des symboles du capitalisme belge. Il lègue à ses héritiers une fortune gigantesque : 6,3 milliards d'euros. Comment a-t-il fait pour accumuler un tel capital ? Il a usé de diverses techniques, mais sa méthode préférée était certainement de pomper l’État. Aperçu…

La population mérite mieux que les parlementaires qui s’enrichissent sans gêne sur leur dos. Le PTB veut mettre fin aux indemnités de départ faramineuses des parlementaires et leur octroyer un statut normal de salarié. Le PTB veut aussi réduire les salaires et les avantages des parlementaires. La classe politique doit en effet revenir dans la vie réelle, celle de la toute grande majorité de la population.

Ce dimanche 2 décembre, plus de 75 000 personnes ont marché dans Bruxelles pour la plus grande manifestation pour le climat que la Belgique ait connue. À l’initiative de cette marche historique, Climate Express et Coalition Climat ont réussi à mobiliser un public extrêmement divers, depuis les groupes de scouts à des « grands-parents du climat », en passant par les étudiants, les délégations syndicales et bien d'autres venus des quatre coins du pays.

C’est ce qu’on appelle du cynisme. Provoquer une crise de l’asile pour des raisons électorales, voilà la stratégie du Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Theo Francken. Il a décidé de limiter radicalement le nombre de réfugiés qui peuvent introduire une demande d’asile. « Un choix politique », selon le porte-parole de l’Office des Étrangers, qui estime que l’Office « pourrait en principe accepter plus » de demandeurs d’asile.

Le dossier des métiers pénibles est suspendu comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête du gouvernement. Kim De Witte, le spécialiste des pensions du PTB et auteur de De Grote Pensionroof (le grand hold-up des pensions) analyse la question et présente des pistes pour en sortir.

Nos salaires réels baissent. C’est ce que beaucoup ressentent à la fin (la moitié?) du mois, et c’est ce qu’a confirmé le dernier rapport sur les salaires de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Un constat que certains contestent. Voici pourquoi nos salaires baissent bel et bien et pourquoi il faut inverser la tendance.

Pages