Photo : Lieven Soete

Après les déclarations de De Wever : il est temps d’instaurer une inspection de l’égalité

« Ceci n’est plus du #dailyracism, mais du #organizedracism. Par ses déclarations, le Premier ministre de l’ombre donne simplement raison à tous les racistes, a réagi Zohra Othman, échevine PTB de la Jeunesse dans le district anversois de Borgerhout. La guerre menée par la NVA à l’encontre de la lutte contre les discriminations donne carte blanche aux entreprises pour discriminer en toute impunité. » Le PTB propose tout au contraire de dépister plus systématiquement la discrimination et de la sanctionner via une inspection de l’égalité.

« J’ai été choquée, blessée, comme beaucoup de personnes dans mon entourage, déclare Zohra Othman, mais aussi en colère, parce que De Wever impute ici intentionnellement la responsabilité du racisme sur ceux qui en sont victimes. Il approuve par là l’idée que ceux qui discriminent le font à juste titre. Il inverse entièrement la responsabilité, comme lorsqu’on accuse une femme qui a été violée d’avoir provoqué ce viol. En tant qu’échevine, je rencontre des centaines de jeunes qui ont du talent et veulent vraiment travailler. Mais on ne leur en donne pas la possibilité à cause de la discrimination. Et De Wever, le bourgmestre de leur ville, ne connaît ou ne reconnaît même pas clairement la réalité de sa jeunesse. Plus grave encore : par ses déclarations, il stigmatise tout une communauté et monte en outre divers groupes de population les uns contre les autres. »

Pour le PTB, la NVA est en train de combattre à tous les niveaux la lutte contre les discriminations. Tant le ministre du gouvernement flamand Philippe Muyters que le président de la Chambre Siegfried Bracke font tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher que des entreprises qui discriminent – illégalement – soient effectivement sanctionnées. Dirk De Block, conseiller communal à Molenbeek : « Pour ce gouvernement du 1%, le droit des entreprises à discriminer prime apparemment sur les droits de tous les citoyens. »

« Pour ce gouvernement du 1%, le droit des entreprises à discriminer prime sur les droits de tous les citoyens. »

Pour le PTB, la discrimination n’est pas une chose relative mais une réalité objective démontrée par des centaines d’études. C’est justement à cette impunité dans les faits des pratiques discriminatoires que l’on doit s’attaquer. Dirk De Block : « Alors que la discrimination désavantage chaque année des dizaines de milliers de personnes, moins de cent inspections sont organisées. Depuis la loi anti-discrimination de 2007, l’inspection sociale a dressé… un seul procès-verbal pour discrimination. La probabilité d’être attrapé est de zéro virgule zéro zéro zéro… »

Le PTB propose une inspection de l’égalité pour tester et sanctionner plus systématiquement la discrimination. Dirk De Block : « Si quelques centaines d’inspecteurs de l’Agence de contrôle alimentaire peut effectuer annuellement 120.000 missions de contrôle, pourquoi serait-il impensable que quelques centaines d’inspecteurs effectuent quelques testings ? Au 21e siècle, il est temps de mener la lutte contre la discrimination et que les pouvoirs publics testent de manière proactive et systématique ou lieu de laisser les victimes se débrouiller comme elles peuvent. »

Le PTB constate que 20 ans d’ « autorégulation » du secteur de l’intérim n’a pas réussi à réduire la discrimination. « Si l’approche douce n’est pas concluante, les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités et oser sanctionner, insiste Zohra Othman. La discrimination est encore beaucoup trop considérée comme un problème entre la victime et l’entreprise ou le propriétaire qui discriminent. La discrimination mine en effet les fondements de toute notre société. Elle nie les droits des gens et prive des jeunes d’un avenir, elle exclut et sème la discorde entre les groupes de population. » 

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Au fond, De Wever manque d’esprit citoyen. Des hommes politiques comme lui devraient se voir imposer un parcours d’intégration, een inburgeringstraject, comme ils disent, pour acquérir l’esprit démocratique qui leur fait défaut.