Sortir du nucléaire, sortir du cadre

Le lobby du nucléaire a décidé de tout faire pour torpiller l'accord sur la sortie du nucléaire en 2025. « Il agit de deux manières, aussi dangereuses l'une que l'autre », explique le député du PTB, Raoul Hedebouw.

Raoul Hedebouw : « Pourquoi ? Pourquoi, alors qu'une loi était votée pour sortir en 2025, pourquoi tout est fait au niveau du lobby du privé, de la FEB mais aussi dans le politique pour retirer la date de 2025. Nous avons eu le comité de direction d'Engie-Electrabel qui a débarqué en Belgique en disant : “Nous sommes un grand acteur du nucléaire en Belgique, avec sept réacteurs nucléaires en fonctionnement, nous nous battons pour les prolonger.“ Donc, il y a une décision politique qui est prise ici par les représentants du peuple et nous avons une multinationale dont nous dépendons qui dit clairement : “Nous on va se battre clairement pour les prolonger.“

Le député du PTB explique qu'il y a deux manières de torpiller les accords sur la sortie du nucléaire : « Il y a la méthode de la N-VA, qui prend clairement position pour l'énergie nucléaire et qui entend la prolonger de dix ans de plus encore. L'autre méthode, tout aussi dangereuse, consiste à ne rien mettre sur pied pour créer une capacité de remplacement pour 2025. C'est à cela que s'emploie également le lobby nucléaire. »

Il faudra sortir du cadre du pognon, de l'économie de marché pour résoudre les problèmes écologiques

« Pourquoi ne prend-on pas aujourd'hui suffisamment de mesures pour disposer d'autres capacités en 2025 ? », s'interroge ensuite Raoul Hedebouw. « Le problème, c'est que tant que nous nous cramponnerons à la pensée du libre marché, à la logique disant qu'une telle transition doit être rentable à court terme, nous n'y arriverons pas. Nous avons besoin d'une certaine planification écologique de notre économie.

On le voit clairement au niveau du gaz ! On veut fermer les centrales au gaz parce que les prix sur le marché ne sont pas suffisants. Tant que ça rapporte du pognon de faire du nucléaire, il n'y a pas de problème. On est en train de détruire notre économie et notre écologie pour une seule raison : les bénéfices à court terme. La "main invisible" ne pense qu'à une seule chose : le business. Elle ne pense pas à l'écologie. Nous devons sortir de ce cadre-là pour résoudre les problèmes écologiques à venir. »

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.