« C'est quand les travailleurs sont unis qu'ils peuvent faire reculer les gouvernements »

Le mouvement social enclenché depuis un mois « va permettre de mettre un rapport de force en place qui est nécessaire dans tous les pays européens et éviter les reculs sociaux que les libéraux veulent mettre en place », a déclaré Raoul Hedebouw ce 1er juin au micro de Matin Première (RTBF). Il a été question de grèves, d’une stratégie d’unité pour gagner, de l’existence d’alternatives et d’une autre vision de l’Europe « non pas du capital, mais des gens. »

Voici quelques extraits de cette interview.

« Un rapport de force pour éviter les reculs sociaux »

« [Le mouvement social] va permettre de mettre un rapport de force en place qui est nécessaire dans tous les pays européens et éviter les reculs sociaux que les libéraux veulent mettre en place. Les libéraux en Belgique, les pseudo-socialistes en France. »

« Unifier un maximum les mouvements »

« Je pense que la stratégie doit être de faire reculer le gouvernement, pas de le faire tomber. C'est là-dessus que je veux insister. On a tout intérêt d'unifier un maximum les mouvements en cours aujourd'hui, et notamment en focalisant sur les mesures dont les personnes parlent beaucoup aujourd'hui : la loi Peeters et ses 45h/semaine, les services publics, la pension. »

« Des grèves contre des problèmes importants »

« Les travailleurs qui font grève dans certains secteurs particuliers ont des problèmes spécifiques qui sont très importants : le sous-financement dans les prisons, les jours de congé à la SNCB, où en fait on attaque 3 milliards d'euro en moins dans le budget de la SNCB, ce qui est très très grave. Jo Cornu qui regrette que la SNCB ne soit pas privatisée, comme ça il pourrait augmenter les tickets de 60 %. Donc c'est contre ça que se battent les travailleurs du chemin de fer. »

« Gagner »

« Mais si nous voulons gagner contre le gouvernement, nous devons maintenir les points forts de l'année passée. C'est-à-dire un mouvement interprofessionnel, donc privé et public, avec Flamands, Bruxellois et Wallons, qui tend la main vers le monde associatif. Nous allons faire tout notre possible pour avoir cette symbiose dans le mouvement. »

« Les organisations syndicales ont mon soutien, et la question est vers quoi on veut aller: c'est-à-dire maintenir cette unité et gagner. On le voit dans tous les pays européens, c'est à partir du moment que les travailleurs sont unis qu'ils peuvent faire reculer les gouvernements. »

 

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Peuples ils faut tous être UNIS pour contrer cette politique d'austérité européenne, afin de réveiller les consciences des parties de gauche,pour qu'il font de toute urgence un front de gauche contre les politiques d'austérité européenne ! Et contrer avec vigueur les politiques néolibérale qui détruisent les acquis sociaux et les travailleurs !!! Au combat camarades !!!!!
Le gouvernement et l’institution européenne prend vraiment le peuple - ceux qui travaillent, qui n'ont pas/plus d'emploi - pour des cons. J'ai lu aujourd'hui que les jeunes voulaient le changement. Eh bien si ils le veulent vraiment (!) comme on le dit ou comme on veut nous le faire croire, si ils acceptent le monde qui changent, ce monde que l'on veut nous imposer qui est pour notre bien-être à tous, pourquoi ne pas cibler cette loi Peeters !: A partir du 1er septembre 2016, tous qui sort des études pour entrer dans la "chaîne" de l'emploi se voient appliquer la loi Peeters ! Et nous verrons bien si ceux-ci ne monteront pas à leur tour au combat ! Message au PTB, nous votons, nous affilions à votre parti non pas pour une couleur car justement vous ne faites pas constamment allusion à celle-ci. Mais bien pour défendre des êtres humains face à toutes sortes d'injustice, créé par des obnubilés du libéralisme, par des assoiffés du fric.Un parti intègre où sont prôner la neutralité et l’équilibre.
"L'État va contrôler la prévention du burn-out en entreprise" !? Cette article est paru ce 04/06 sur le web. Conscient qu'il y a de plus en plus de travailleurs touchés par des pathologies psycho-SOCIALES (burn-out, dépressions) - A QUI LA FAUTE ? Pour rappel notre gouvernement va augmenté la quantité d'heures prestées et supprimer les récupérations - il ne manque plus que la cravache pour faire augmenter la cadence et cela ne nous étonnerait pas venant de ce gouvernement composés de gestapistes. Même aux risques de se faire passer pour des sadomasochistes. Ils sont prêt à tout pour nous faire avaler la pilule (et les pilules à venir) sans broncher, Une amende allant jusqu'à 6000 euros aux employeurs qui n'appliquent pas de mesures préventives est prévues... MDR. Cette loi existerait depuis 2014 - Ah bon...