#metoo

Au niveau mondial, d’après les Nations unies, un tiers des femmes, soit un milliard de personnes, sont victimes d’agressions physiques et autres formes de violence. La campagne #Metoo donne une voix à ces femmes et montre que la violence sexuelle est bien plus fréquente que ce que beaucoup pensaient...

Ce 8 mars, le PTB et son mouvement de femmes Marianne soutiendront les luttes pour de meilleures pensions, contre les violences faites aux femmes et pour sortir l’avortement du code pénal. De bonnes raisons pour se bouger à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes et ne pas lâcher la pression contre la régression de leurs droits.

Une centaine de femmes, dont Catherine Deneuve, défendent la « liberté [des hommes] d’importuner [les femmes] », dans  une tribune parue dans le Monde. « Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste », selon elles. Une claque aux femmes qui subissent les violences et le sexisme au quotidien, explique Françoise De Smedt (du PTB Bruxelles) sur Facebook.

#metoo. Ce simple hashtag a fait sauter une digue de silence. Des milliers de femmes ont récemment témoigné sur les réseaux sociaux de tout ce qu’elles avaient déjà subi comme violences et harcèlement. Après avoir brisé le silence sur les réseaux sociaux et dans les médias, il reste à se faire entendre dans la rue. Le PTB participera à la manifestation contre les violences faites aux femmes du 25 novembre prochain organisée par la plateforme Mirabal. Rencontre avec Irène Zeilinger, une des initiatrices.