Budget

17 octobre, journée de lutte contre la pauvreté. C'est le jour que Paul Magnette a choisi pour présenter ses orientations budgétaires au Parlement wallon. Un budget qui ne répond en rien à l'urgence sociale. Voici la déclaration de Frédéric Gillot, député wallon du PTB.

« Votre budget est basé sur le mensonge ! Un mensonge pour camoufler le fait que tous les cadeaux que vous faites aux entreprises coûtent de l’argent », a dénoncé Raoul Hedebouw au Parlement. « Où allez-vous chercher l’argent?

Une nouvelle étude du service d’études du PTB décortique et dénonce les mesures injustes que le gouvernement avance dans son « tax shift ». Ce document est un outil précieux pour tous ceux qui veulent comprendre la stratégie du gouvernement, le contenu de ses mesures, leur logique… et mettre en place une contre-offensive.

L’énergie déployée par le gouvernement Magnette pour vendre la « responsabilité » de son ajustement budgétaire n’a d’équivalent que son incapacité à défendre les droits des travailleurs, des jeunes et de tous ceux qui ont difficile à joindre les deux bouts. La responsabilité, est-ce de rencontrer les besoins des gens ou est-ce de rencontrer les exigences de l'Europe en matière d'austérité ? Pour le PTB, la majorité PS-cdH est triplement irresponsable.

« Le gouvernement Michel-De Wever a beau en nier l'impact social, son ajustement budgétaire poursuit bel et bien la politique d'austérité, notamment en transférant une partie de cette austérité aux Régions. Mais aussi en grevant plus encore les dépenses sociales et publiques fédérales », dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB.

Ce jeudi 11 décembre, le budget était discuté au Parlement bruxellois. Sur toutes les grandes questions comme l’emploi, le logement ou la mobilité le constat des députés du PTB est sans appel, « le budget ne répond pas à l’urgence sociale, écologique et démographique que vivent les Bruxellois ».

« 80 % des coupes ne toucheront pas les citoyens », se plaît à répéter le gouvernement wallon PS-cdH. Affirmation osée quand on sait qu’aucune information n’a été transmise sur au moins 2/3 des coupes et que 5 000 emplois risquent de disparaître en 2015. Voici la réplique de Frédéric Gillot, député PTB, lors du vote du budget au Parlement wallon le 10 décembre.

Ce mercredi 12 novembre, la Commission parlementaire des Finances et du Budget se réunissait pour se pencher sur les chiffres du budget du nouveau gouvernement fédéral. Marco Van Hees a pris la parole pour le PTB. Il a fait remarquer que ce ministre, responsable également de la Loterie nationale, met tout le monde à forte contribution. Mais, quoi qu’il en soit, le lot gagnant échoit toujours aux super-riches. Le slogan de ce gouvernement n’est donc pas « Devenez scandaleusement riches », mais plutôt « Restez scandaleusement riches ». 

Le budget accompagnant le programme du nouveau gouvernement va faire très mal aux travailleurs. Et le capital ? Il va payer 2 % de l’effort global (270 millions sur 11 milliards) et cette modeste contribution, il la retouchera en centuple au paradis (fiscal). Et pour les riches, le paradis, c’est aujourd’hui. D’autant que, parallèlement, le gouvernement organise la lutte... contre la lutte contre la fraude.

Jeudi matin. La tempête médiatique bat son plein autour de la sortie du gouvernement des riches au fédéral. C’est ce moment qu’a choisi le gouvernement wallon pour annoncer son budget, sans doute déjà ficelé depuis plusieurs jours. Un timing qui n’avait rien d’innocent et qui présageait déjà du contenu des déclarations.

Pages