#LoiPeetersNonMerci

Les travailleurs de Volvo Trucks à Gand poursuivent leur grève. Une proposition de la direction a été rejetée par 85 % du personnel, qui doit travailler de plus en plus et avec une flexibilité sans cesse accrue, et est même obligé de mener des actions pour qu’on remplace le matériel vétuste…

Vous vous souvenez de la Loi Peeters ? Mais si, cette réforme du travail que le ministre de l’Emploi a tenté de faire passer durant l’été - et grâce à laquelle il voulait mettre fin à la semaine de 38 heures. Le projet de loi a été approuvé en octobre, mais le mouvement social a réussi à empêcher plusieurs mesures d’y figurer. Cela dit, ce qui reste du texte est toujours inacceptable. Ça tombe bien, car l’histoire n’est pas finie.

Depuis plusieurs années, les institutions européennes les pays européens à détricoter leurs législations sur le travail. Dans certains pays, des pas importants ont déjà été franchis. En Belgique et en France, l'offensive est en cours, et se heurte à une importante résistance, contre la Loi Peeters ici et la loi El Khomri chez nos voisins. Voici comment la Commission européenne manœuvre pour imposer ces réformes.

Se réveiller à 5h. Alors que c’est les vacances. Alors qu’on sort des examens. Ce n’est sans doute pas le choix le plus évident pour un ado. Mais c’est un choix que Hanane, Lucie, Jef, Celia, Achraf, Victor et les autres ne regrettent pas. Ce 24 juin, ils ont été à la rencontre des travailleurs en grève.

Fin des 38 heures, semaines hyperflexibles ou l’intérim à vie : retrouvez notre brochure, notre argumentaire et nos visuels pour s’opposer à la réforme du travail proposée par le ministre de l’Emploi Kris Peeters.

1% des Belges possède la moitié des actions cotées en Bourse. Mais le gouvernement veut supprimer l’unique toute petite taxe qui touche ces spéculateurs, et nous impose l'austérité. Aux quatre coins du pays, le PTB distribue un nouveau tract aux travailleurs. Découvrez-le ici.

La Gauche unitaire européenne (GUE-NGL), groupe politique du Parlement européen dont le PTB est membre associé, a adressé ce message de solidarité aux acteurs de la résistance à l'austérité, les lois Travail et les attaques contre les services publics en Belgique et en France.

« Est-ce que vous lisez seulement les textes ? » C’est ce qu’a demandé le député fédéral PTB Raoul Hedebouw aux parlementaires de droite à la Chambre le 26 mai dernier. Il a dû leur expliquer que oui, avec la Loi Peeters « des travailleurs vont devoir bosser 45 heures par semaine. » Et d’ajouter : « Plus de 60 000 personnes sont descendues dans la rue contre cette loi. C’est de cela que vous avez tous peur : vous n'avez pas de base démocratique pour introduire des semaines de travail de 45 heures. »