PTB

Les rapports financiers des partis politiques de l’année 2016 publiés cet été confirment que ces derniers vivent sous perfusion des subsides de l’État et que la contribution de leurs membres n’y joue qu’un rôle minime. Une exception : le PTB.

Une taxe sur les comptes-titres sans effet et des emplois précaires pour les jeunes. « Cet accord estival n’a rien à voir avec la justice fiscale et sociale », déclare Sofie Merckx, porte-parole du PTB. « Malades, pensionnés et fonctionnaires paient la facture de la réduction de l’impôt des sociétés. »