Tout Autre Chose

25 000 personnes ont participé dimanche à la deuxième Grande Parade des mouvements citoyens Hart Boven Hard et Tout Autre Chose. « Cela donne beaucoup d’espoir pour les prochaines années », réagit le président du PTB, Peter Mertens.

« Face à l’échec grandissant des politiques d’austérité et des politiques du “toujours moins” à tous les niveaux, nous vous appelons à former un grand courant d'alternatives dans une marche pleine de créativité. » Le chanteur Helmut Lotti, Christine Mahy (Réseau wallon de lutte contre la pauvreté) et de nombreuses autres personnalités aux côtés des mouvements citoyens Tout Autre Chose et Hart Boven Hard, vous invitent à la Grande parade ce dimanche 20 mars. Le PTB aussi !

« Face à la politique du gouvernement de l’élite Michel-De Wever, une vague de résistance sociale a déferlé sur le pays. Les syndicats en sont la colonne vertébrale, renforcés par plus de 1 000 organisations sociales au sein de mouvements citoyens comme Hart Boven Hard et Tout Autre Chose. Entre le gouvernement et le mouvement social, c’est 1-1 à la mi-temps », selon Peter Mertens. La seconde mi-temps est prévue en automne : une nouvelle manifestation nationale en front commun syndical est annoncée pour le 7 octobre à Bruxelles. Jetons un coup d’œil rétrospectif sur la première mi-temps pour que les mouvements sociaux gagnent la seconde. 

« Oui, il y a une alternative ! » C’est ce message qui a ouvert la Grande Parade de Tout autre chose et Hart boven Hard. Celle-ci a réuni plus de 20 000 personnes ce dimanche après-midi et a bravé le froid et la pluie. La marche n’était pas seulement grande par son nombre de participants, mais aussi par sa diversité et sa créativité.

« Dimanche, c’est à votre tour de donner un signal pour une société à visage humain. » Peter Mertens, président du PTB, a lancé une invitation à participer à la Grande Parade de Hart Boven Hard et Tout Autre Chose, ce dimanche 29 mars. Une invitation à « rompre le silence »

Dimanche prochain, le PTB participera à la Grande Parade de Tout Autre Chose. Cela vous dit de venir avec nous ? Vous pourrez nous rencontrer aux endroits suivants.

Les actions syndicales de l’automne dernier avaient été lancées en septembre par un rassemblement de 7 000 personnes. Le 11 mars dernier, ils étaient près de 10 000 pour relancer le printemps de la résistance sociale. Avec un programme d’actions variées. En voici les détails.

Après l’annonce du front commun syndical de relancer un plan d’actions syndicales débutant par un rassemblement le 11 mars à Bruxelles, les partis du gouvernement se sont déchaînés à la tribune de la Chambre : « Nous attendons des syndicats qu’ils garantissent la paix sociale », a déclaré l’Open-Vld Egbert Lachaert. La N-VA Zuhal Demir a surenchéri : « L’accord social est conclu pour deux ans, j’attends donc au moins deux ans de paix sociale dans ce pays. » Le ministre Kris Peeters (CD&V) a quant à lui précisé : « Des actions peuvent se faire, faire grève pas »1. La tension est palpable car malgré toutes ses manœuvres, le gouvernement n’arrive pas à éteindre la résistance sociale.