Fraude fiscale

Alors que chaque jour amène son lot de révélations sur le scandale des Panama Papers, aucune commission d’enquête parlementaire n’est encore mise sur pied. Présent en commission Finances ce mardi 12 avril, le député PTB Marco Van Hees dénonce le chouchoutage dont sont l’objet les fraudeurs fiscaux par le gouvernement.

Le gouvernement chouchoute les évadés fiscaux impliqués dans les Panama Papers et veut combler le trou dans son budget en prenant l'argent chez les simples citoyens. Pas d'accord ? Envoyez un mail au ministre des Finances pour qu’il aille chercher l’argent chez les Panama-profiteurs, et pas dans nos poches.

La nouvelle gigantesque fuite d'informations fiscales du Consortium international des journalistes d’investigation, les « Panama Papers », confirme ce que le PTB avait été le premier à dénoncer dès mars 2013 : les grandes fortunes belges et les grandes banques abusent largement du paradis fiscal panaméen. « Voilà chez qui le gouvernement devrait aller chercher de quoi combler le trou budgétaire », réagit Peter Mertens, président du PTB.

Ce lundi 11 mai 2015, la commission Relations extérieures de la Chambre examine un projet de loi portant assentiment d'une convention fiscale conclue entre la Belgique et les Seychelles en 2006, ainsi qu'un protocole datant de 2009. Le projet est signé par les ministres Johan Van Overtveldt (N-VA) et Didier Reynders (MR) et ouvre la porte de l'Union européenne à des revenus non taxés en provenance des paradis fiscaux.

Les affaires de supposées malversations financières touchant des mandataires publics, de différentes familles politiques, se bousculent actuellement. Elles dévoilent, de la part de personnes censées défendre l’intérêt général de la population, un rapport à l’argent qui interpelle. La transparence des patrimoines des politiques s'impose.

Marco Van Hees était sur le plateau de l'émission Controverse sur RTL, ce dimanche 15 février, sur le thème de la fraude fiscale. Il a dénoncé la politique actuelle du gouvernement du laisser-faire et y a opposé la vision de la justice fiscale selon le PTB.

Depuis des années, le gouvernement s’attaque aux services publics, et en particulier au SPF Finances. La diminution du nombre de travailleurs dans ce secteur pour conséquence une diminution de la lutte contre la fraude fiscale...