Dirk De Block

 

Il y a plus de six mois éclatait l’affaire Publifin. Puis Publilec et Brackegate en Flandre. Puis encore le Samusocial à Bruxelles. Le tout agrémenté des soubresauts du Kazakhgate. « Des brebis égarées », « des gens qui ont oublié leurs valeurs », « des personnalités corrompues », « des affaires différentes qui n’ont rien à voir entre elles », nous a-t-on juré, de M. Di Rupo à Mme Rutten en passant par MM. Chastel et De Wever. Vraiment ? La corruption est-elle une exception dans notre système ? Le conflit d’intérêt, un simple dérapage ? Ou s’agit-il d’une pratique généralisée qui permet au système de fonctionner ? Retour sur les affaires Publifin, Samusocial et autres Brackegate ou Kazakhgate.

Le nouveau porte-parole francophone du PTB, Germain Mugemangango, a enchaîné les plateaux de télévision ces dernières semaines. Ses premières interviews ont été l’occasion d’aborder de nouveaux sujets de société comme le racisme, la laïcité, la religion et le foulard. Que pense un marxiste de ces questions ?

La semaine dernière, la Cour européenne de justice a rendu un arrêt stipulant que les entreprises peuvent interdire le port du foulard (parfois appelé à tort « voile ») sur la tête dans des fonctions où l’on est visible par le public. Dans une carte blanche publiée dans le magazine Knack, un nombre important d’organisations de femmes et d’associations se sont indignées de cet arrêt. L’avis de Maartje De Vries, présidente de Marianne, le mouvement de femmes du PTB.

Blokker a profité de toutes sortes d’avantages, notamment de stages et emplois subsidiés jusqu'à 75 %. Elle compte maintenant fermer 69 magasins, entraînant la suppression de 302 emplois. Pour le PTB, le gouvernement bruxellois doit réclamer le remboursement des subsides et des autres aides à l'emploi perçues ces dernières années.

L’annonce de la restructuration d’ING a été un choc avec la suppression de 3 500 postes de travail et le licenciement sec de 1 700 personnes. Il ne s’agit pourtant pas d’une fatalité. Sauver ces emplois par la semaine de 30 heures et deux autres mesures est tout à fait possible. 

Le 30 août, la Haute Ecole provinciale de Liège a changé son Règlement d’ordre intérieur (ROI), interdisant dorénavant « tout couvre-chef » pour ses 9 000 étudiants. 60 filles portant le foulard sont concernées. Elles risquent de ne plus pouvoir continuer leurs études. Plusieurs organisations se sont opposées à l’interdiction. Suite à leurs arguments, la Haute Ecole a suspendu l’interdiction. Mehdi Salhi, responsable de RedFox, mouvement de jeunes du PTB et Sophie Lecron, du PTB Liège, réagissent.

Lundi 5 septembre, Axa a annoncé un plan de restructuration impliquant la possible perte de 650 emplois. Pour les employés restants, plusieurs mesures augmenteront la productivité et la flexibilité. C’est que, si la direction veut pouvoir garantir une augmentation de dividendes de 16 % à ces actionnaires, comme en 2015, il faut presser le citron.

Une nouvelle organisation de jeunes du PTB voit le jour. Pour les enfants, il y avait les Pionniers, et pour les étudiants, Comac. Les jeunes de 14 à 18 ans peuvent maintenant rejoindre leur propre mouvement : les RedFox.

A l’occasion de la semaine de la diversité, RedFox, le nouveau mouvement de jeunes du PTB, organise deux festivals, Diversity in Antwerp City et Diversity in Brussels City ainsi qu’une parade, Diversity in Liège City. L’objectif : montrer que la diversité est une richesse.

Présenté vendredi 5 février au gouvernement, le plan Jambon, et notamment son volet bruxellois, le « plan Canal », soulève beaucoup d’inquiétudes. Avec une généralisation de la surveillance et l’absence d’éléments permettant de lutter contre les idées des djihadistes et les recruteurs, l’efficacité réelle du plan est loin d’être assurée.

Pages