Marc Botenga

 
 

Greenpeace Pays-Bas vient de publier 248 pages de documents confidentiels qui servent de base au 13e round de négociations du traité de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne (TTIP). Selon le PTB, les documents contredisent les promesses formelles qu’a formulées la commissaire européenne Cecilia Malmström devant le Parlement belge. Le PTB demande donc l’arrêt des négociations et une nouvelle audition de Malmström par la Chambre.

Lors de son passage à l’émission « Jeudi en Prime » de ce 7 janvier, le porte-parole et député fédéral du PTB, Raoul Hedebouw, a été très clair : il faut dès maintenant arrêter les exportations d’armes européennes en direction de l’Arabie saoudite.

Dans la lutte contre le terrorisme, de plus en plus de voix s’élèvent contre le rôle joué par l’Arabie saoudite dans le développement du djihadisme salafiste. Le PTB a lancé une pétition contre l’implantation de l’entreprise saoudienne ERS au port d’Anvers. Dans ce débat d’actualité, beaucoup de questions nous sont posées. Voici quelques réponses pour aller plus loin.

250 000 personnes ont manifesté à Berlin ce samedi contre le TTIP et les autres traités de libre-échange pour le lancement de la semaine d’action qui se tient actuellement jusqu’au 18 octobre. Trois millions de personnes ont signé la pétition contre le TTIP. Cela confirme que la contestation grandit et que les dirigeants européens ont de plus en plus de mal à convaincre des prétendus bienfaits de ces accords.

Ils dansaient ensemble pour la paix. Quelques instants plus tard, une bombe explosait en plein milieu de la foule. Ce samedi 10 octobre, plus de 90 manifestants ont été tués à Ankara, la capitale de la Turquie, et 250 à 500 personnes blessées.

Ce week-end, les avions de chasse de la coalition de l'Otan en Afghanistan ont bombardé pendant plus d'une heure l'hôpital de Médecins dans frontières (MSF) à Kunduz (Afghanistan). L'organisation humanitaire exige une enquête indépendante. Le responsable des droits de l'homme aux Nations unies a déjà évoqué un possible crime de guerre des troupes de l'Otan. Pour rappel, la Belgique est également membre de cette coalition.

Dans une lettre ouverte, Denise Bauer, ambassadrice des États-Unis en Belgique, met la pression sur le gouvernement belge. Selon elle, la Belgique devrait investir plus dans l’armement. Ce qui revient à dire : « Pas d’argent pour vos pensions, mais pour nos avions. »

L’actuelle crise des réfugiés doit être traitée à la racine. Bien des Syriens et des Irakiens fuient aussi et surtout parce qu’ils en ont assez des combats. Douze millions de Syriens, soit plus de la moitié de la population, ont besoin d’une aide humanitaire. Dans une telle situation, la toute première priorité doit toujours être de faire taire les armes. L’histoire montre que c’est possible. 

« Endettez-vous pour qu’on vous aide. » C’est, en substance, le message du FMI au gouvernement grec. Les négociateurs grecs et étrangers espèrent qu’un accord pour un nouveau plan d’« aide » sera trouvé pour le 20 août. Entretemps, les pressions sur le gouvernement grec ne diminuent pas. Le mouvement social non plus. L’automne s’annonce chaud.

Le 5 juillet, les Grecs iront voter pour un référendum sur la politique austéritaire européenne. Le Premier ministre Alexis Tsipras a été clair : « Avec un non clair et massif, nous enverrons le message que la Grèce ne capitulera pas ». Mais la démocratie, cela ne plaît pas à la nouvelle aristocratie européenne.

Pages