N-VA

La N-VA a pas mal de casseroles qui s’accumulent, ces derniers temps. Le parti nationaliste ne diffère pas des autres partis traditionnels. Au lieu de s’occuper des vrais problèmes des citoyens, le parti de droite tente d’orienter les tirs sur tout autre chose que sa propre incompétence, sur Unia, le Centre interfédéral pour l’égalité des chances, par exemple.

Aujourd'hui, dans la législation belge, tous les éléments sont présents pour intervenir avec fermeté contre les personnes radicalisées et les combattants de retour de Syrie lorsqu'ils se sont rendus coupables de faits punissables. La question est donc de savoir pourquoi on n'en fait pas davantage pour mieux suivre ces personnes et, au besoin, pour les poursuivre.

Marc Descheemaecker a été le CEO de la SNCB. En 2013, il annonce son ralliement à la N-VA. Grand partisan du plan de la ministre MR, Jacqueline Galant, il accuse régulièrement les syndicats d'être responsables de tous les maux de la SNCB et annonce sans détours qu'il faudra encore détruire des milliers d'emplois dans les chemins de fer. Mais au fond, quel est le vrai bilan du « règne » de Descheemaecker ?

Michaël Verbauwhede, spécialiste SNCB du Parti du Travail de Belgique (PTB) : « le bon sens recommande de fusionner SNCB et Infrabel. Pas de morceler nos trains en 6 sociétés comme le veut la N-VA. »

Qu'il s'agisse de politique intérieure, de politique européenne ou de négociations autour de l'accord de libre échange transatlantique (TTIP), c'est à un rythme accéléré que Bart De Wever a fait de son parti, qu'il dit populaire, un parti de la classe ultra supérieure. Il pourrait avoir l'honnêteté de le reconnaître.

« Ceci n’est plus du #dailyracism, mais du #organizedracism. Par ses déclarations, le Premier ministre de l’ombre donne simplement raison à tous les racistes, a réagi Zohra Othman, échevine PTB de la Jeunesse dans le district anversois de Borgerhout. La guerre menée par la NVA à l’encontre de la lutte contre les discriminations donne carte blanche aux entreprises pour discriminer en toute impunité. » Le PTB propose tout au contraire de dépister plus systématiquement la discrimination et de la sanctionner via une inspection de l’égalité.

​« Mesdames et messieurs de la N-VA et de l’Open Vld, vous ne savez pas ce que ça signifie de devoir, à 57 ans, travailler à la chaîne chez Opel. Vous ne savez pas ce que c’est de devoir travailler dur chez ArcelorMittal jusqu’à 56 ans. Pour vous, c’est facile ! Il est temps que vous réalisiez qu’ici, en Belgique, les gens se tuent au travail à cause de la haute productivité de notre pays. Pour vous, c’est très facile de décider qu’il faut travailler plus longtemps, mais de ce qui se passe concrètement sur les lieux de travail, vous ne savez rien. »

La pression des actions sociales et l’annonce d’actions futures a fait reculer les organisations patronales dans le dossier de la mise en disponibilité des prépensionnés et des chômeurs âgés. Les organisations syndicales ont pu arracher que le Groupe des 10 demande au gouvernement la révision en profondeur des arrêtés royaux du 30 décembre 2014.

Une enquête menée par les sites antifascistes RésistanceS et AFF/Verzet* démontre que le ministre Jambon a volontairement minimisé son implication dans le Vlaams-Nationale Debatklub (VNDK), un cercle dirigé notamment par des responsables du Vlaams Belang. Il était un des dirigeants de ce club lorsqu'il a invité Jean-Marie Le Pen en 1996.« Quand le ministre Jan Jambon dira enfin la vérité ? » s'interroge Raoul Hedebouw, député PTB.

Koen Degroote représente la N-VA au Parlement fédéral et il est également bourgmestre N-VA de Dentergem. L'Anti Fascistisch Front (Front antifasciste) et le site antifasciste francophone Résistances.be révélaient mercredi que, le week-end prochain, samedi 25 octobre, Koen Degroote devait inaugurer et introduire un colloque sur l'actualité européenne et sur la pensée de l’homme politique fasciste flamand Joris Van Severen. Peter Mertens, président du PTB, réagit avec indignation, et insiste pour que l'on ne minimise pas ce genre de commémoration.

Pages