Comac

Campus universitaires bloqués, assemblées générales et manifestations : le mouvement social qui traverse l'hexagone touche également les étudiants français. Rencontre avec Charlotte Dumont, responsable à Comac (mouvement étudiant du PTB), qui s’est rendue une semaine en France au cœur du mouvement étudiant.

Max Vancauwenberge devient le nouveau président national de Comac, le mouvement étudiant du PTB. Il a été élu à l'unanimité par la direction nationale en remplacement de Charlie Le Paige qui part pour de nouvelles aventures. « Comac est toujours une des jeunesses politiques les plus dynamiques et est en progression sur de nombreux campus. Nous avons une équipe forte et de qualité qui a été élue en septembre dernier. Avec Charlie et toute l'équipe, nous avons jugé que c'était le bon moment pour passer le relais » explique Max.

Suite à la polémique autour d’une plateforme encourageant la prostitution estudiantine, Anouk Vandevoorde, responsable du Comac, le mouvement étudiant du PTB, a écrit cette carte-blanche publiée par levif.be.

250 étudiants participent à la bloque collective organisée par Comac, le mouvement étudiant du PTB. Leur leitmotiv ? Étudier ensemble pour réussir ensemble.

« Burn-out ? Dépression ? Adoptez tout simplement un chat et retournez travailler ! ». C'est ce qu'on pouvait lire sur l'un des trois faux certificats médicaux distribués par les jeunes de Comac, le mouvement des étudiants du PTB, aux étudiants de l'Université de Gand venus écouter le cours d'ouverture de la conférencière invitée, Maggie De Block, la ministre de la Santé publique.

Les chiffres sont tombés hier, il y a 246 « reçus collés » au terme de la première année de médecine, c'est-à-dire 246 étudiants qui ont réussi leur année, mais ne pourront tout de même pas passer en deuxième. « Cette sélection qui limite le libre accès à l'enseignement est non seulement inacceptable, mais aussi totalement absurde », explique Charlie Le Paige, président de Comac, le mouvement étudiant du PTB.

Des étudiants, membres de Comac (mouvement de jeunes du PTB), ont lancé une initiative pour loger les étudiants qui n’arriveraient pas à se rendre à leurs examens lors des jours de grève de la SNCB, en janvier. Il s’agit d’une page facebook « Mijn KOT staat voor je open –  Mon KOT t'est ouvert », qui met en contact les étudiants qui peuvent en accueillir chez eux et ceux qui en ont besoin. 

Comac, le mouvement de jeunes du PTB, s'oppose à la ré-introduction annoncée par le ministre Marcourt d'un concours à la fin de la première année des études de médecine qui serait prêt dès la rentrée académique prochaine. « C'est une mesure non seulement absurde en situation de pénurie avérée de médecins, mais cela va aussi renforcer la concurrence entre étudiants ainsi que les inégalités sociales » explique Charlie Le Paige, président de Comac.

Pour la deuxième fois, Comac organise son Camp de Pâques pour des jeunes de 14 à 20 ans. Une semaine inoubliable placée sous le signe de la solidarité, du respect et de l'amusement, avec un programme haut en couleurs : ateliers créatifs, jeux, débats, sport, soirée jeune talents, films et plein d’autres surprises!

Le 28 janvier dernier, le CNCD 11.11.11., le Centre National de Coopération au Développement, a publié une étude sur les liens entre entreprises et universités belges avec la colonisation de la Palestine par Israël. Comac, le mouvement de jeunes du PTB, s'inquiète de ces liens et interpelle les autorités académiques du pays. « Il est temps de remettre ces partenariats en question » explique Robin Bruyère, responsable de la campagne de solidarité avec la Palestine de Comac. Le PTB a également déposé au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles une interpellation du ministre de l'enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt.

Pages