Fiscalité

Il y a quelques semaines, le gouvernement wallon a confirmé sa volonté d’instaurer un système d’« assurance autonomie » pour le 1er janvier 2019 au plus tard. Cette mesure a officiellement pour but de rencontrer les besoins grandissant provoqués par le vieillissement de la population. Cette assurance sera payée en partie par le citoyen. Alors, nouvelle taxe pensée pour remplir les trous dans les caisses de la Région ou réelle politique de solidarité ?

Le président du groupe du Parlement européen, l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), Guy Verhofstadt, était administrateur d’un groupe qui se retrouve impliqué dans les Paradise Papers. L’affaire est rendue publique aujourd’hui par le PTB. « Au Parlement européen, Guy Verhofstadt fait la leçon à tout le monde. Mais en tant qu'administrateur du holding Exmar, il a perçu 60 000 euros par an. Pourquoi n’a-t-il jamais protesté contre les obscures constructions offshores de la filiale Exmar Offshore Ltd. dans les Bermudes ? Nous demandons que le Parlement européen ouvre une enquête sur l’implication des politiciens dans les Paradise Papers », a déclaré Peter Mertens, président du PTB.

« 64 000 fois. C’est le nombre de fois que le terme « Belgique » est cité dans les fameux Paradise Papers. Et, chaque fois, il s’agit des mêmes grandes familles. Des récidivistes, des membres de la caste du 1 %, les milliardaires de notre pays. Les grands fraudeurs peuvent poursuivre leurs activités, puisqu’ils bénéficient de protection politique », écrit Peter Mertens. Qui propose cinq mesures urgentes.

Le milliardaire Luc Bertrand, président d’Ackermans & van Haaren, est coactionnaire avec l’État belge d’une société dans les paradis fiscaux. Et sa fille Alexia Bertrand est la cheffe de cabinet du ministre Reynders. Et ce n'est pas la seule représentante du monde politique à être en contact étroit avec ce holding. Les conflits d’intérêts sont en fait aussi communs que le recours à des paradis fiscaux.

Peter Mertens, président du PTB, était présent à l'émission « De Ochtend » sur Radio 1, où on l'a invité à venir parler du Top 50 des ristournes fiscales dont bénéficient les multinationales publié par le service d’études du PTB. Manifestement, la FEB n'a pas pris ce classement avec le sourire. 

Le gouvernement vient de confirmer les modalités de la Taxe sur les comptes-titres, décidée cet été et déjà torpillée par la N-VA. « Cette taxe est une mesure symbolique de taxation des plus riches qui ne rapportera rien », réagissait à l’époque le PTB. Tiens, et si on la compare à la Taxe des millionnaires du PTB ? 

Le gouvernement wallon annonce la suppression de la redevance TV. Si le PTB se réjouit de la fin de cette taxe injuste contre laquelle il a mené une longue campagne, il ne faut pas crier victoire trop tôt. Pas question que le gouvernement rende dans une poche ce qu’il veut prendre dans une autre…

Il y a plus de six mois éclatait l’affaire Publifin. Puis Publilec et Brackegate en Flandre. Puis encore le Samusocial à Bruxelles. Le tout agrémenté des soubresauts du Kazakhgate. « Des brebis égarées », « des gens qui ont oublié leurs valeurs », « des personnalités corrompues », « des affaires différentes qui n’ont rien à voir entre elles », nous a-t-on juré, de M. Di Rupo à Mme Rutten en passant par MM. Chastel et De Wever. Vraiment ? La corruption est-elle une exception dans notre système ? Le conflit d’intérêt, un simple dérapage ? Ou s’agit-il d’une pratique généralisée qui permet au système de fonctionner ? Retour sur les affaires Publifin, Samusocial et autres Brackegate ou Kazakhgate.

« Il faut arrêter de prendre la population en otage. Peu importe qui le fait, il faut supprimer cette redevance TV ! » Voilà qui résume le sentiment de Damien Robert, responsable de la campagne pour la suppression de la redevance TV pour le PTB.

Le service d’études du PTB a analysé l’implication des dix plus grandes fortunes de Belgique dans les paradis fiscaux. Une des révélations de ce dossier concerne Alexia Bertrand, cheffe de cabinet du vice-Premier ministre Didier Reynders (MR) et administratrice du groupe AvH, actif dans de nombreux secteurs.

Pages