Marc Descheemaecker

Marc Descheemaecker a été le CEO de la SNCB. En 2013, il annonce son ralliement à la N-VA. Grand partisan du plan de la ministre MR, Jacqueline Galant, il accuse régulièrement les syndicats d'être responsables de tous les maux de la SNCB et annonce sans détours qu'il faudra encore détruire des milliers d'emplois dans les chemins de fer. Mais au fond, quel est le vrai bilan du « règne » de Descheemaecker ?

Mardi 18 mars, l’ancien patron de la SNCB, Marc Descheemaecker, présentait son livre Dwarsligger. Achter de schermen van de NMBS (La forte tête. Dans les coulisses de la SNCB). L’occasion pour lui de régler pour ses comptes avec les syndicats cheminots « qui n’ont aucun sens de la réalité économique », avec la SNCB qui coûte bien trop cher au contribuable (« plus de 3 milliards ! »), avec le personnel statutaire (« les contractuels sont bien meilleurs ! »), et d’afficher son penchant pour la N-VA (« La SNCB peut parfaitement être scindée en une SNCB flamande et une wallonne »). Tony Fonteyne et Ghislain Mignon, cheminots et candidats sur la liste européenne du PTB-go!, se sont plongés dans les coulisses, mais en tirent d’autres conclusions.