Sofie Merckx

 

Une étude allemande relevée le 8 août par le PTB montre comment le gouvernement et l’Afsca ont tenté de minimiser l’importance du scandale du Fipronil. Une affaire qui révèle à la fois le cynisme d’un gouvernement qui fait passer le dogme néolibéral avant la santé publique et les dérives d’une agro-industrie qui cherche le profit maximum en se moquant des règles sanitaires.

Pour le Dr Sofie Merckx (PTB), la santé publique doit primer sur tous les intérêts économiques. « S’il s’avère que les œufs contiennent une substance toxique, la population doit en être immédiatement informée. Les entreprises impliquées doivent être bloquées et tous les œufs suspects doivent être retirés des rayons des magasins. Le gouvernement doit aussi prendre des mesures pour empêcher que cela puisse se reproduire. »

Depuis deux ans, la ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) a les maisons médicales dans son collimateur. Elle vient ainsi de lancer une nouvelle attaque, en confiant un audit des maisons médicales – « pour voir si chaque euro est bien utilisé » – à un bureau d’audit commercial international, KPMG. Un bureau connu pour ses positions en faveur d’une privatisation des soins de santé et d’une médecine à deux vitesses.

L’application du modèle kiwi pourrait faire considérablement baisser le prix des médicaments, au bénéfice à la fois au patient et à l’État. Mais la ministre de la Santé Maggie De Block balaie cette proposition du revers de la main. Dirk Van Duppen et Sofie Merckx, médecins à Médecine pour le Peuple et spécialistes santé du PTB, réfutent point par point les arguments de la ministre.

Dans La Dernière Heure et La Nouvelle Gazette, De Tijd et Het Laatste Nieuws, la ministre Maggie De Block réagit aux très nombreuses critiques qu’elle a reçues ces derniers temps, entre autres du PTB, mais avant tout de patients. Sofie Merckx et Dirk Van Duppen, médecins généralistes à Médecine pour le Peuple et spécialistes de la santé au PTB, répondent à la ministre.

Il y a quelques semaines, Maggie De Block a décidé de ne plus rembourser du tout les sprays nasaux à base de corticoïdes. Il y a quelques jours, elle annonçait être partiellement revenue sur sa décision, suite aux pressions de l’ensemble du monde médical. Il faut dire que la mesure est davantage motivée par l’envie de faire plaisir aux firmes pharmaceutiques que par des considérations médicales.

La mutualité socialiste Solidaris propose de rembourser l’intégralité d’une consultation médicale à ses affiliés. Une bonne chose, selon Médecine pour le Peuple, qui veut étendre le système pour tout le monde.

Médecine pour le Peuple a lancé une campagne pour revendiquer la consultation gratuite chez le généraliste. Mais est-ce réaliste ? Réponse aux cinq questions les plus fréquentes sur le sujet.

Au premier juillet 2015, le tiers payant (TP) social deviendra obligatoire. Des voix dans le monde médical s’y opposent. Sofie Merckx, de Médecine pour le Peuple (MPLP), « le premier but du système du tiers payant, c’est assurer une meilleur accessibilité aux soins de santé. »

Intervention de Sofie Merckx, conseillère communale PTB lors du Conseil communal de Charleroi ce lundi 20 octobre. « Aujourd’hui, on demande donc aux travailleurs de la ville de payer cette crise ? Il est temps de revoir la copie. »

Pages