Jos D’Haese

 
 

L’ouragan Harvey fait rage à Houston, Texas. Alors que le tempête continue à sévir, de plus en plus de gens s’interrogent : cette catastrophe pouvait-elle être évitée ? Est-ce un hasard si, ces dernières années, nous assistons à des phénomènes météorologiques aussi extrêmes ? L’homme et le changement climatique y sont-ils pour quelque chose ? Et les habitants de Houston ne pouvaient-ils être mieux protégés contre une telle catastrophe naturelle ?

Qui sait que, ce lundi 7 novembre, a débuté un très important sommet climatique ? Combien de nos compatriotes sont-ils au courant de ce que « notre » délégation belge va défendre de l'autre côté de la Méditerranée ? Il est temps que nos ministres de l'Environnement abordent le débat avec toute la société.

Les négociations sur le climat à Paris touchent à leur fin, mais nous ne sommes certes pas encore face à une véritable avancée en la matière. C'est ce qui ressort des grands points d'achoppement qui doivent encore être résolus et des décisions déjà prises. La logique fossile des pays industrialisés, les Etats-Unis en tête, semble avoir triomphé d'une approche ambitieuse  pour le climat.

L’enjeu démocratique est crucial dans le cadre des négociations climatiques. Si les multinationales ont gagné leur place à la table des négociations, les mouvements citoyens, eux, sont de plus en plus mis sur la touche par les autorités.

Ce jeudi 2 octobre, un cortège de 4 000 étudiants a défilé dans les rues de Bruxelles afin de réclamer un enseignement accessible et de qualité. Avec des slogans comme « Pas d'austérité sur notre avenir » et « L’enseignement est un droit, pas un privilège », ils ont fait savoir au nouveau gouvernement flamand que faire des coupes budgétaires sur l’enseignement était inacceptable. Le PTB et Comac, son mouvement de jeunes, étaient bien présents eux aussi pour protester contre l’augmentation du minerval. 

Ce dimanche 9 mars, trois ans après la catastrophe de Fukushima, aura lieu à Bruxelles une manifestation pour la sortie de l’énergie nucléaire. Une urgence, pour les organisateurs ; irréaliste et cher, selon les opposants. Il est plus que temps qu’un vrai débat soit mené sur notre approvisionnement en énergie, le marché libre et le passage aux énergies renouvelables.

Pour lutter contre les embouteillages et bouchons, les trois gouvernements régionaux veulent lancer un projet pilote de « taxe kilométrique »: tout automobiliste devra dorénavant payer 5 à 9 centimes d’euro par kilomètre. Pour le PTB, cette taxe est injuste et asociale. Des alternatives existent.