Marco Van Hees

 

Une vraie détermination est nécessaire face à la frilosité des partis traditionnels et leurs tentatives d'enfumage. Voici les mesures que propose le PTB, des mesures fortes et ciblées attaquant de front la culture de la cupidité du monde politique.

Le gouvernement fédéral est en place depuis octobre 2014. Il s'est distingué par des attaques particulièrement dures contre le monde du travail, tandis qu'il offrait des milliards d'euros au patronat avec des mesures comme le saut d'index ou les baisses de cotisations sociales du tax-shift. Quel est le bilan après un peu plus de deux ans ?

Le gouvernement Michel a imposé 9 milliards d'euros d'« efforts budgétaires » – lisez, d’austérité – sur les deux seules années 2015 et 2016. Mais le déficit n'a été diminué que d’environ 100 millions d’euros. Mais où est donc passé l'argent de l'austérité ?

Une commission d'enquête parlementaire a été constituée sur le Kazakhgate. Le PTB se voit refuser le droit d’y siéger. Ce qui est un comble vu que son député Marco Van Hees était un des initiateurs de la proposition d’instaurer cette Commission. Comment ne pas suspecter cette commission de devenir purement et simplement un étouffoir ? 

Armand De Decker est présenté comme l’homme clé de l’affaire Chodiev en Belgique. Pourtant, un faisceau concordant d’indices démontre que le principal acteur belge du dossier serait plutôt le vice-Premier ministre Didier Reynders. Une analyse du député du PTB Marco Van Hees.

Le gouvernement prétend avoir mis à contribution le capital dans le budget 2017. En réalité, la seule mesure qui vise les grandes fortunes rapporte 31 millions d'euros sur un effort budgétaire total de 2,944 milliards. Soit une contribution de 1,1 %.

Pour lundi prochain, à 7 heures, un Conseil d’entreprise extraordinaire a été convoqué chez ING. L’inquiétude est très grande chez les membres du personnel. Selon les informations qui filtrent dans la presse, près de 4 000 personnes seraient concernées par la restructuration annoncée. Notre étude de l’évolution de l’entreprise, confirmée par plusieurs témoignages de travailleurs de celle-ci, montre que les actionnaires d’ING ont effectué un véritable hold-up.

Le dossier du PTB sur le top 50 des ristournes fiscales dont profitent les multinationales en Belgique n'a pas plus à la fédération patronale FEB, ni à la banque KBC, dont le nom figure en tête de ce classement. Marco Van Hees, député et expert fiscal du PTB, répond.

Le PTB a-t-il diffusé des chiffres erronés à propos des impôts payés par Caterpillar ? C'est ce qu’on a pu entendre de-ci de-là : le PTB aurait affirmé que Caterpillar paye 4 % d'impôts en Belgique alors que la multinationale payerait en réalité autour de 30 %. Qu’en est-il ?

Interviewé par L'Echo ce 3 septembre à propos des informations du PTB relatives aux intérêts notionnels déduits par Caterpillar, le Premier ministre Charles Michel répond : « Je ne prends pas pour argent comptant ce que raconte le service d'études du PTB. ». Réponse du service d'études : « Notre source, c'est le site de la Banque nationale, section centrale des bilans. »

Pages