Service de presse du PTB

 
 

« Charles Michel doit vivre sur une autre planète. Là où il voit avancer la prospérité, les gens vivent toujours plus de précarité. » Voilà comment le député fédéral et porte-parole du PTB Raoul Hedebouw a réagi après le discours du Premier ministre Charles Michel ce mardi 10 octobre à la Chambre.

Le PTB condamne la violence brutale de la police espagnole en Catalogne et lance un appel au dialogue.

Parmi le paquet de mesures antisociales que le gouvernement a prises cet été figure la réforme du calcul des pensions pour les périodes de chômage pour les plus de 50 ans et les prépensionnés. Celle-ci implique une perte de jusqu’à 165 euros pour de nombreuses personnes. Pour le PTB, cette mesure est injuste, mais également illégale.

Pour les millions de citoyens de ce pays, les pensions ont été réformées en 36 jours à peine. Pour les parlementaires, la discussion s'est éternisée pendant plus de deux ans. Grâce à la pression, notamment du PTB, les choses semblent bientôt devoir changer. Le Parlement fédéral va voter une nouvelle réglementation des pensions, comme l’a fait le Parlement flamand. « Tous les parlementaires qui siègent aujourd'hui pourront toujours prendre leur pension anticipée », dénonce néanmoins Kim De Witte, le spécialiste pensions du PTB.

Hier, le 16 mai, des extraits de l’avis de la commission de déontologie ont été révélés par la presse. Le PTB, de son côté, n’a toujours pas reçu l’avis, mais est satisfait de ce qu’on a appris entre-temps. Le parti de gauche demande maintenant aux partis qui continuent de bloquer beaucoup de dossiers au sein du groupe de travail sur le renouveau politique – à savoir l’Open Vld et la N-VA – de revoir leur position.

Ce jeudi, le rapport intermédiaire de la Commission Publifin est enfin sorti. Il compte 44 pages d’analyses et de recommandations à mettre en place.

Il est désormais clair que la transaction pénale élargie a été votée sous la pression de deux lobbies agissant en parallèle : les diamantaires et la filière kazakh. Or deux vice-Premiers ministres du gouvernement Michel y ont joué un rôle central : Jan Jambon et Didier Reynders. Vu la gravité des faits et l'implication des partis traditionnels, le PTB demande à ce que la commission d'enquête à ce sujet s'ouvre également aux groupes non reconnus.

« Le gouvernement vient de prendre certaines mesures de bon sens en matière d’éthique, mais les changements apportés restent légers », estime Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB.

L’assemblée générale de Belfius d’aujourd’hui est l’occasion pour le PTB de marquer son opposition ferme aux projets envisagés jusqu’ici pour la banque à participation 100 % publique.

La presse a révélé ce vendredi 21 avril que le conseil d’administration (CA) de Belfius avait décidé de favoriser une privatisation partielle de la banque via une introduction en Bourse. Le PTB s’oppose à cette orientation, à la fois sur le fond et sur la forme, et plaide pour une banque publique qui ne spécule pas avec l’épargne et qui puisse libérer des capitaux pour l’investissement social des collectivités.

Pages