Gouvernement

Mardi 3 juin, Peter Mertens, président du PTB, a rencontré Paul Magnette et Elio Di Rupo pour discuter de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Aux journalistes surpris de le voir, le président anversois du PTB a simplement répondu : « Le PTB est un parti bilingue, comme les Diables rouges sont une équipe bilingue ! Peut-être cela peut-il paraître absurde dans le contexte actuel où agissent de forces de scission du pays, mais nous sommes un parti bilingue. » 

Peter Mertens (PTB) a rencontré Magnette et Di Rupo (PS) dans le cadre de la formation du gouvernement wallon. « Nous sommes un parti bilingue, a-t-il dit aux journalistes, tout comme les Diables Rouges sont une équipe bilingue. »

Le Roi a chargé Bart De Wever, grand vainqueur des élections, d’une mission d’information. Mais il n’est pas encore certain qu’il va pouvoir former un gouvernement sous la direction de la N-VA. Le parti de De Wever n’est pas « incontournable ». Herwig Lerouge analyse les résultats.

Peter Mertens, président du PTB, a été reçu cet après-midi par l’informateur Bart De Wever. Inhabituel dans le paysage politique belge, puisque le PTB n’est ni un parti néerlandophone, ni francophone, mais bien un parti national. Peter Mertens à apporté à Bart De Wever – qu’il connaît bien au conseil communal d’Anvers – le message de nos 250.000 électeurs aux quatre coins du pays : pour une taxe des millionnaires, le droit à la prépension et la lutte contre le chômage des jeunes.

Depuis plusieurs semaines, Elio Di Rupo et Paul Magnette agitent le danger d’un possible gouvernement des droites (suivant un axe MR–N-VA) pour appeler au « vote utile » pour le PS. Il y a l’épouvantail classique du MR qui est agité à chaque campagne (mais qui n’empêche pas le PS de gouverner avec le MR depuis 15 ans). S’y ajoute aujourd’hui le danger de la N-VA. Alors doit-on avoir peur ?

Ce 13 mai, des associations professionnelles en matière de justice pénale et pénitentiaire et la Ligue des droits de l’Homme ont présenté un bilan de la législature en matière de Justice. Consternant, avant tout pour les justiciables. Il est grand temps de lancer une réforme progressiste de la Justice.

Lundi soir 12 mai, de nombreux artistes s’étaient rassemblés devant le théâtre du Parc, à Bruxelles, où avait lieu un débat sur la culture avec des représentants des partis traditionnels. Ils ont fait entendre leur colère face à une nouvelle réforme de leur statut, qui les plonge encore davantage dans la précarité.

L’égalité entre hommes et femmes : un débat qui n’en est pas un ? Bien sûr que si, et s’il y a bien une question essentielle sur laquelle (presque) tous les partis semblent d’accord en campagne électorale, c’est bien celle-là. Mais si on regarde les bilans des partis au pouvoir, le combat est loin d’être gagné.

Au moins cinq travailleurs de la STIB sont morts d’un cancer dû à l’amiante. Ils ont en effet été exposés à l’amiante pendant leur travail. La direction de la STIB ainsi que les responsables politiques refusent de faire la lumière sur ce dossier. Un groupe d’anciens travailleurs et syndicalistes se bat pour faire justice.

Jeudi 27 février 2013, les 200 travailleurs de Heinz apprenaient la fermeture de l’usine à Turnhout. Le même jour, le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) versait des larmes de crocodile jeudi au Parlement : « Il est inacceptable que des conseils d'administration poursuivent la maximalisation du profit financier. » Cependant, dans la foulée, il revient sur... les cadeaux accordés aux entreprises par son gouvernement et sa volonté de continuer dans cette direction : « Les charges salariales seront progressivement revues à la baisse, pour un montant de 4,7 milliards d'euros. »

Pages