Gouvernement

« Le gouvernement Michel 1er a fait son coming-out ce mardi soir comme un gouvernement qui appauvrit les travailleurs, les pensionnés, les jeunes et enrichit les actionnaires », réagit à chaud Raoul Hedebouw, député fédéral du PTB. Il annonce une réaction plus fouillée du service d'étude du parti de gauche une fois les détails de l'accord connus.

« L’âge de la pension passera à 66 ans 2025 et à 67 ans en 2030. La pension anticipée ne sera possible qu’à partir de 63 ans. C’est infaisable, incompréhensible, inutile et, donc inacceptable », estime Kim De Witte, le spécialiste pensions du PTB.

Le monde associatif est dans le viseur de l’austérité. Les inquiétudes se manifestent suite aux premiers échos des coupes budgétaires envisagées en Wallonie. En Flandre, les 8 milliards d’austérité annoncés par le gouvernement flamand ont fait bondir le secteur culturel et associatif, qui a lancé la plateforme Hart boven hard (Le cœur, pas la rigueur). 1400 organisations ont dans ce cadre signé une « déclaration politique alternative », qui part du cœur, et pas du dogme de l’austérité.

Ce jeudi 2 octobre, un cortège de 4 000 étudiants a défilé dans les rues de Bruxelles afin de réclamer un enseignement accessible et de qualité. Avec des slogans comme « Pas d'austérité sur notre avenir » et « L’enseignement est un droit, pas un privilège », ils ont fait savoir au nouveau gouvernement flamand que faire des coupes budgétaires sur l’enseignement était inacceptable. Le PTB et Comac, son mouvement de jeunes, étaient bien présents eux aussi pour protester contre l’augmentation du minerval. 

Le coût des études va-t-il augmenter pour les étudiants et leur famille ? Le gel du minerval sera-t-il maintenu ou va-t-il recommencer à augmenter ? Des questions que le député wallon du PTB Ruddy Warnier a posé au ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt (PS).

Les premiers résultats de l’Enquête sur la santé de l’Institut scientifique de la Santé publique sont particulièrement alarmants. Ils montrent que la crise et les économies influencent la santé de millions de nos compatriotes. Le docteur Dirk Van Duppen, spécialiste de la santé au PTB, réclame des mesures radicalement différentes de celles qu’envisage le gouvernement de droite.

C’étaient les Fêtes de Wallonie le week-end dernier. L’occasion pour le ministre-président wallon, Paul Magnette (PS), de faire sa rentrée politique. Un discours axé sur l'avenir, la jeunesse, la création d’emploi et la transition industrielle. Mais, dans moins d'une semaine, les 2 et 3 octobre, le gouvernement wallon sera en conclave budgétaire. « La fête avant le pain noir », titre Le Soir. Frédéric Gillot, député wallon PTB, réagit.

À l’heure où se réunit le conclave budgétaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le PTB tire la sonnette d’alarme. « Couper dans les budgets alors que l’enseignement francophone est l’un des plus inégalitaires de l’OCDE va avoir des conséquences graves. Cela ne fera qu’aggraver la fracture sociale. C’est simple : chaque euro supprimé fera remonter d’un cran les inégalités », estime Ruddy Warnier, député à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Depuis le mois d’août, des citoyens du Nord du pays s’organisent contre les mesures d’austérité que le gouvernement flamand de Geert Bourgeois (N-VA) entend bien imposer. Le monde culturel, associatif, organisations de jeunesse ou syndicales se sont regroupés en Flandre au sein de la plateforme Hart boven hard (que l’on peut traduire par « le cœur, pas la rigueur »). Premier rendez-vous : ce lundi 22 septembre, à l’occasion de la rentrée politique du Parlement flamand.

Discours de Peter Mertens, président du PTB, à ManiFiesta, samedi 20 septembre 2014, Bredene.

Pages