Gouvernement

Le 6 octobre, à la Chambre, Marco Van Hees n’a pas mâché ses mots face à Charles Michel et à la politique du gouvernement face aux licenciements dans le secteur financier. « Derrière la digitalisation, il y a un enjeu qui apparaît : le partage du temps de travail. Pour ING, par exemple, passer de 35 heures à 30 heures par semaine permettrait de sauver 1000 emplois. Mais non, vous, votre solution, c’est de nouveaux cadeaux aux distributeurs de C4. »

Raoul Hedebouw, député du PTB : « Monsieur le Premier Ministre, vous faites du cocorico ici au Parlement. Mais vous habitez sur quelle planète ?

70 000 représentants des ouvriers, employés, fonctionnaires, enseignants, travailleurs du secteur socioculturel… ainsi que les organisations du monde associatif ont manifesté contre la politique du gouvernement. Cette manifestation montre que le gouvernement n’arrive pas à faire taire la contestation. Après deux années de cette politique gouvernementale, le mécontentement est toujours très fort dans la population.

Depuis la mi-septembre, on assiste à d’incessants licenciements massifs et fermetures d’entreprises. Caterpillar, AXA, Douwe Egberts… On le voit : les cadeaux aux grandes entreprises ne créent pas de « jobs, jobs, jobs », bien au contraire.

Le secrétaire d’État en charge de la lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer (Open VLD), serait sur le point d’annoncer le démantèlement de l’Inspection sociale. Le PTB partage l’inquiétude qui règne chez l’ensemble des acteurs du secteur – magistrats, inspecteurs, syndicalistes… – depuis l’annonce de cette intention. Pour le PTB, un tel démantèlement équivaudrait à laisser carte blanche à la fraude et au dumping social.

10 000 personnes venues des quatre coins du pays, et même d’ailleurs, ont manifesté en soutien aux travailleurs de Caterpillar et de ses sous-traitants à Charleroi ce matin. Une première action de colère contre ces multinationales qui licencient alors que leurs actionnaires empochent des millions de dividendes.

Bien que la ministre de la Santé et de la Sécurité sociale (Open Vld) ait annoncé ce week-end qu’on avait déjà économisé assez sur la sécurité sociale, elle engage elle-même la chasse, désormais, afin de sanctionner les malades de longue durée. Selon Tim Joye, médecin à Médecine pour le Peuple : « La ministre ferait mieux de s’en prendre aux causes des maladies de longue durée, et non aux malades mêmes. »

Caterpillar, Axa, IBM, ... Les annonces de fermetures, de licenciements massifs s’accumulent ces derniers jours. La prétendue politique de « jobs, jobs, jobs » du gouvernement s'avère totalement inefficace face à des actionnaires avides de dividendes. Un changement de cap s'impose.

Au départ, il était question de revoir des niches fiscales comme les intérêts notionnels, qui profitent aux multinationales. Mais, aujourd'hui, le gouvernement travaille sur une réforme de l'impôt des sociétés dont l'objectif est totalement inverse : offrir un nouveau cadeau – impayable – au grand capital.

Le ministre de l’Emploi Peeters aime apparemment profiter de l’été pour lancer des réformes. Après celle de la semaine de travail de 38 heures dévoilée il y a quelques jours, Kris Peeters veut maintenant chipoter dans la loi qui régit nos salaires : ils resteront bloqués les prochaines années.

Pages