Gouvernement

Germain Mugemangango, le porte-parole francophone du PTB, réagit à la décision du cdH de former une majorité sans le PS : « Ainsi donc, le président du cdH, Benoît Lutgen, vient d'annoncer préférer gouverner en Régions wallonne et bruxelloise

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.

Après « l’affaire Bracke » concernant son cumul de mandats, après son interview d’hier à la RTBF qui constitue un déni flagrant de renouveau politique et un court-circuitage de la Chambre dans un dossier où il est personnellement concerné, voici un troisième grave dérapage : sa gestion illégale et incompétente de la Caisse de pension des députés.

Le front commun syndical du SPF Finances a organisé une action de sensibilisation devant le bâtiment situé près de la gare du Nord, le North Galaxy, ce matin. Les syndicats protestaient contre la suppression de postes et de moyens pour lutter contre la grande fraude fiscale.

« Volez une pomme à l’étalage et vous serez condamné. Mais volez des milliards et vous pourrez éviter toute sanction grâce à la transaction pénale », écrit Peter Mertens, le président du PTB, dans une carte-blanche parue sur le site du Vif.

Il est désormais clair que la transaction pénale élargie a été votée sous la pression de deux lobbies agissant en parallèle : les diamantaires et la filière kazakh. Or deux vice-Premiers ministres du gouvernement Michel y ont joué un rôle central : Jan Jambon et Didier Reynders. Vu la gravité des faits et l'implication des partis traditionnels, le PTB demande à ce que la commission d'enquête à ce sujet s'ouvre également aux groupes non reconnus.

L’assemblée générale de Belfius d’aujourd’hui est l’occasion pour le PTB de marquer son opposition ferme aux projets envisagés jusqu’ici pour la banque à participation 100 % publique.

La presse a révélé ce vendredi 21 avril que le conseil d’administration (CA) de Belfius avait décidé de favoriser une privatisation partielle de la banque via une introduction en Bourse. Le PTB s’oppose à cette orientation, à la fois sur le fond et sur la forme, et plaide pour une banque publique qui ne spécule pas avec l’épargne et qui puisse libérer des capitaux pour l’investissement social des collectivités.

« Depuis 2014, le gouvernement Michel a imposé 10 milliards d'efforts budgétaires à la population. Le trou budgétaire est pourtant resté inchangé. Où est passé l’argent ? », a interrogé Marco Van Hees ce jeudi 20 avril à la Chambre suite à la décision du gouvernement de reporter l'équilibre budgétaire de 2018 à 2019.

Lire un rapport de la Commission européenne sur la Belgique n’est pas facile. D’une part, la Commission applaudit des mesures qui font payer les travailleurs, en critiquant souvent que celles-ci n’aillent pas suffisamment loin. D’autre part, elle est parfois obligée de souligner les échecs de certaines politiques libérales.

Pages