PTB

Ce samedi 3 février, le président du PTB Peter Mertens est venu présenter les vœux du parti à Charleroi, en compagnie, notamment, de la conseillère communale Sofie Merckx et du porte-parole francophone du PTB Germain Mugemangango. Voici le discours qu'il y a prononcé, où l’on croise Dante, Marx, et des milliers d’anonymes qui font vivre chaque jour la résistance et la solidarité.

Bo Van Spilbeeck, journaliste de la chaîne VTM très connue en Flandre, est apparue cette semaine en tant que femme. Elle a rendu public son changement de genre afin d’aider les autres personnes dans son cas. Cet acte courageux tend à faire progresser l’acceptation des personnes transgenres. Son « coming-out » a suscité un afflux de réactions positives, ce qui est très encourageant pour la communauté LGBT+. 

Le PTB répond positivement à l’appel lancé de la FGTB aux partis politique pour faire de la pension minimum à 1500 euros un point essentiel de leur programme.

Le PTB se définit-il comme populiste ? Comment analyser le déclin de la social-démocratie européenne ? Quel bilan de Syriza peut-on faire ? Comment contrer l'influence politico-médiatique de l'establishment ? Dans ce long entretien, David Pestieau, le vice-président du PTB, revient sur quelques questions clés pour tous ceux qui veulent sortir du cadre. 

Ce vendredi 19 janvier, le PTB organisait sa réception de Nouvel An à Anvers. Le président du PTB y affirmé la confiance en soi du PTB, un parti « social, authentique et actif ». Avec un aperçu sur les victoires de 2017 pour mieux lancer une année 2018 pleine de combativité.

Dans la salle pleine à craquer de la Zuiderpershuis à Anvers, le PTB a donné ce vendredi 19 janvier sa réception de Nouvel An.

"Résistance": Raoul Hedebouw a retracé avec nous une année politique mouvementée. Crise de la gouvernance, changement de majorité en Wallonie, politique migratoire et fédérale...

Le dernier livre de Peter Mertens, président du PTB, est sorti en français. « Au pays des profiteurs » dresse le constat d’une société malade. Mais le livre apporte surtout des pistes pour en sortir.

Pour lutter contre les partis traditionnels – et les multinationales assoiffées de profit qu’ils défendent –, nous avons besoin non seulement de l’engagement, mais aussi du soutien financier des travailleurs.

Un dimanche maussade, une envie de rester au chaud chez soi mais, en même temps, de faire quelque chose d’utile ? C’est possible. Invitez vos amis qui sont dans le même état d’esprit et demandez-leur d’apporter leur ordinateur portable pour une après-midi « Be The Messenger ».

Pages