Environnement

Le PTB s’oppose aux plans des négociateurs du gouvernement fédéral qui veulent prolonger l’activité des centrales nucléaires Doel 1 et 2. Le PTB souligne le danger mortel de cette option, et veut que les bénéfices exorbitants du nucléaire soient désormais consacrés à investir dans la production d’énergie durable.

La Belgique connaîtra-t-elle des coupures d'électricité cet hiver ? La secrétaire d'Etat Fonck et le ministre Wathelet étaient interpellés en commission de la Chambre ce 22 août 2014. Le député PTB Marco Van Hees leur a demandé jusque quand les autorités laisseraient notre production d'énergie aux mains d'une multinationale socialement irresponsable ? Voici ses interventions.

Selon différentes sources, Electrabel augmenterait le prix de ses contrats de base (formule « Easy ») pour l’électricité de 9 à 15%.  « C’est inadmissible, commente Tom De Meester, spécialiste de l’énergie au PTB. Si des clients ont effectivement reçu lettre leur notifiant de telles augmentations, il y a vraiment un problème, car ce n’est en aucune manière justifiable. »

Raoul Hedebouw : « Il faut revoir de fond en comble notre production énergétique et basculer qualitativement vers le renouvelable. Mais comment convaincre une multinationale qui fait des bénéfices de changer son fusil d’épaule ? Marché et préservation de l’environnement sont incompatibles. On peut agir : avec la prise en main de l’ensemble du secteur énergétique par les pouvoirs publics. » C’est un extrait de Raoul Hedebouw dans le chapitre de son livre Première à gauche consacré à l’écologie. Il y aborde la problématique du réchauffement climatique, la pollution et les actions du PTB sur cette question, le système des quotas de CO2, la responsabilité des individus, le recyclage des déchets, les multinationales de l’énergie et la reprise en main du secteur par les pouvoirs publics, le nucléaire, le transport de marchandises, les factures de gaz et d’électricité, la contradiction entre capitalisme et écologie… Retrouvez ici les 16 pages en intégralité (à lire directement ou en PDF).

« Quelle mesure concrète pour le climat inclurez-vous dans le prochain accord de gouvernement ? » C’est la question que pose, à travers sa nouvelle campagne « questionclimat.be », le mouvement environnemental belge aux partis politiques. Voici la réponse du PTB-go!

Ce dimanche 11 mai, Frédéric Gillot, l'ouvrier que le PTB-go! veut envoyer au Parlement, était présent sur le plateau de Mise au Point (RTBF) face à des candidats des partis traditionnels. Le débat portait sur l’avenir de la Wallonie, et Frédéric Gillot a défendu la nécessité d’une politique sociale, qui investit dans le public et dans les besoins des gens. Une vision qui va à l’encontre de la logique actuelle qui « donne des millions aux multinationales qui suppriment des emplois ».

Josy Dubié, ancien reporter, ancien sénateur, ancien Ecolo, reste un militant résolu pour une justice sociale et écologique. Signataire de l’appel PTB-go!, il soutient activement l’émergence de la gauche de la gauche. À quelques semaines des élections, nous lui avons demandé de faire le point sur l’importance d’une émergence du PTB-go!.

Le débat sur le soutien public au photovoltaïque et des certificats verts a déjà fait couler beaucoup d’encre. Herwig Lerouge, du service d’études du PTB, essaie de clarifier les enjeux du débat et formule des alternatives.

« On ne sauvera pas le climat en achetant de l’air non pollué en Pologne. La Belgique doit investir dans des énergies vertes abordables et répartir les coûts équitablement », estime Tom De Meester, spécialiste PTB des questions énergétiques et tête de liste à la Chambre en Flandre Orientale.

Ce dimanche 9 mars, trois ans après la catastrophe de Fukushima, aura lieu à Bruxelles une manifestation pour la sortie de l’énergie nucléaire. Une urgence, pour les organisateurs ; irréaliste et cher, selon les opposants. Il est plus que temps qu’un vrai débat soit mené sur notre approvisionnement en énergie, le marché libre et le passage aux énergies renouvelables.

Pages