Environnement

"Change the system, not the Climate », « De l'argent pour la terre, pas pour sauver l'nucleaire », « Doel, Tihange, stop stop stop! » ont scandé plus de 1000 personnes qui ont manifesté ce dimanche aux pieds de la centrale de Tihange contre le nucléaire. Le PTB était présent.

Une catastrophe nucléaire en Belgique ? Non merci ! Voilà pourquoi une centaine de militants ont mené une action flashmob ce jeudi 12 mars à Anvers, à l’initiative de Greenpeace. « La société de l’avenir doit tourner à l’énergie renouvelable, pas aux énergies fossiles ou nucléaire », a déclaré Peter Mertens, président du PTB présent à l’action. 

Il y a une semaine, on apprenait que le nombre de fissures dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2 était bien plus important que ce qui avait été estimé. Et, maintenant, il apparaît en outre que ces fissures sont également bien plus grandes. Pour Tom De Meester et Raoul Hedebouw, c’est une évidence : il est plus que temps de fermer ces centrales une fois pour toutes.

Le premier ministre Charles Michel a déclaré en présentant l’accord de majorité que « notre programme de gouvernement est tout entier tourné vers l’avenir, pour les générations actuelles et futures ». Les mesures de son gouvernement auront effectivement beaucoup d’impact sur l’avenir des générations actuelles et futures, c’est indéniable. Mais l’impact ne sera pas positif. Pour au moins 9 raisons.

Le gouvernement a annoncé vouloir prolonger de dix ans l’ouverture de vieilles centrales nucléaires, en échange d'une réduction de la taxe nucléaire. « Je crois que le gouvernement veut faire travailler les centrales nucléaires jusqu'à 67 ans… » a ironisé le député fédéral du PTB Marco Van Hees au Parlement. Tom De Meester, spécialiste énergie du PTB, parle lui d’une « soumission inacceptable devant GDF Suez ».

Onze personnalités flamandes ont décidé de mettre en demeure les quatre gouvernements de notre pays pour absence de politique climatique ferme. Ils ont lancé l’action « Klimaatzaak » (que l’on peut traduire par le « Procès Climat »). Peter Mertens, président du PTB, ainsi que d’autres élus PTB se sont joints à l’action « Klimaatzaak ».

Jamais le risque d’un black-out n’a été plus grand qu’aujourd’hui. Si nous devons tirer une seule conclusion de la débâcle énergétique de ces dernières années, c’est bel et bien que le marché libre de l’énergie est en faillite. D'autre part, le gouvernement s'acharne à maintenir l'énergie nucléaire tout en diminuant les taxes d'Electrabel. Une analyse de l'accord du gouvernement par le service d'études du PTB.

Le PTB s’oppose aux plans des négociateurs du gouvernement fédéral qui veulent prolonger l’activité des centrales nucléaires Doel 1 et 2. Le PTB souligne le danger mortel de cette option, et veut que les bénéfices exorbitants du nucléaire soient désormais consacrés à investir dans la production d’énergie durable.

La Belgique connaîtra-t-elle des coupures d'électricité cet hiver ? La secrétaire d'Etat Fonck et le ministre Wathelet étaient interpellés en commission de la Chambre ce 22 août 2014. Le député PTB Marco Van Hees leur a demandé jusque quand les autorités laisseraient notre production d'énergie aux mains d'une multinationale socialement irresponsable ? Voici ses interventions.

Selon différentes sources, Electrabel augmenterait le prix de ses contrats de base (formule « Easy ») pour l’électricité de 9 à 15%.  « C’est inadmissible, commente Tom De Meester, spécialiste de l’énergie au PTB. Si des clients ont effectivement reçu lettre leur notifiant de telles augmentations, il y a vraiment un problème, car ce n’est en aucune manière justifiable. »

Pages