Environnement

Today, May 24, more than 12,000 demonstrators have shown that US president Donald Trump is “Not Welcome” in Brussels. They countered the world vision of the billionaire president with a call for hope, social justice, peace, the defense of the environment, and solidarity in diversity.

Plus de 12 000 manifestants ont accueilli le président des États-Unis Donald Trump à Bruxelles en le déclarant « Not Welcome ». Face à la vision du monde du président milliardaire, ils ont opposé des revendications d’espoir, de justice sociale, de paix, de défense de l’environnement et de solidarité dans la diversité.

« J’espère que Charles Michel ne va pas faire la carpette devant Donald Trump. Ne fût-ce que parce que ce dernier nie le réchauffement climatique et veut remettre les accords signés pour sauver le climat.

Pour l’équipe de négationnistes climatiques que Donald Trump a mis aux commandes de la politique américaine de l’environnement, les scientifiques doivent laisser la place aux charlatans payés par les multinationales des énergies fossiles. 

Raoul Hedebouw a été attaqué à l’arme blanche en marge de son discours du 1er mai à Liège. Les blessures sont légères et les motifs de l’agresseur sont encore inconnus. Raoul Hedebouw a néanmoins tenu son discours, en commençant par s’exclamer : « Il en faudra plus pour nous faire taire. » Peter Mertens, le président du PTB, qui s'est dit « profondément choqué » par cette agression, lui a transmis ses encouragements depuis Anvers, où il a tenu un discours sous le thème « Change the system ».

Presque tous les jours, le président américain Donald Trump signe une loi aux conséquences négatives pour le peuple, le climat ou la paix dans le monde. Ses porte-parole, eux, ne craignent pas de présenter au monde des « faits alternatifs » (lisez : mensonges). Voici cinq raisons importantes pour aller manifester le 24 mai prochain contre la venue de Trump
en Belgique.

Qui sait que, ce lundi 7 novembre, a débuté un très important sommet climatique ? Combien de nos compatriotes sont-ils au courant de ce que « notre » délégation belge va défendre de l'autre côté de la Méditerranée ? Il est temps que nos ministres de l'Environnement abordent le débat avec toute la société.

Si l’on s’en prend à la pollution, les entreprises vont-elles fermer ? L’emploi est-il compatible avec le développement durable ? On en parle à ManiFiesta, avec des experts de la question.

La Belgique s’est fixée un objectif de 13 % d’énergie renouvelable d’ici 2020. La Wallonie entend y arriver notamment en ouvrant la porte aux certificats verts à une grande centrale biomasse. Cela fait grincer les dents des organisations environnementales et du PTB, qui craint de nouvelles taxes pour la population.

Suite aux scandales de pollution et détournement de fonds qui touchent l’Office Wallon des déchets, le gouvernement wallon a décidé de dissoudre cet organisme. Le ministre Di Antonio peut dissoudre ce qu’il veut, cela ne dissoudra pas ses responsabilités, dénonce Fred Gillot (PTB) : « Il y a plus de contrôle pour la vente de tickets à une buvette de foot de quatrième provinciale que dans l’administration wallonne ! »

Pages