Santé

Une étude allemande relevée le 8 août par le PTB montre comment le gouvernement et l’Afsca ont tenté de minimiser l’importance du scandale du Fipronil. Une affaire qui révèle à la fois le cynisme d’un gouvernement qui fait passer le dogme néolibéral avant la santé publique et les dérives d’une agro-industrie qui cherche le profit maximum en se moquant des règles sanitaires.

Le taux limite pour une intoxication au Fipronil mentionné par l’AFSCA est 140 fois plus élevé que le taux limite fixé par l’Europe. Par ailleurs, suite à des analyses d’œufs et de viande de poulets belges, une étude allemande fait état de la présence de taux plus élevés de Fipronil que ceux signalés par l’AFSCA.

Pour le Dr Sofie Merckx (PTB), la santé publique doit primer sur tous les intérêts économiques. « S’il s’avère que les œufs contiennent une substance toxique, la population doit en être immédiatement informée. Les entreprises impliquées doivent être bloquées et tous les œufs suspects doivent être retirés des rayons des magasins. Le gouvernement doit aussi prendre des mesures pour empêcher que cela puisse se reproduire. »

Depuis deux ans, la ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) a les maisons médicales dans son collimateur. Elle vient ainsi de lancer une nouvelle attaque, en confiant un audit des maisons médicales – « pour voir si chaque euro est bien utilisé » – à un bureau d’audit commercial international, KPMG. Un bureau connu pour ses positions en faveur d’une privatisation des soins de santé et d’une médecine à deux vitesses.

Jamais un ministre de la Santé publique n’a eu autant d’opposants que le Dr Maggie De Block. Son nouveau fait d’armes : une réduction drastique du personnel dans la pédopsychiatrie et une réforme du secteur hospitalier. Les auteurs de cet article, Janneke Ronse de Médecine pour le Peuple et Kim Verberck du PTB Soins et Bien-être, ont participé aux actions de protestation et défendent une alternative sociale pour le secteur des soins de santé.

L’interruption volontaire de grossesse est un droit fondamental de la femme. C'est pourquoi les députés du PTB Marco Van Hees et Raoul Hedebouw introduisent cette semaine une proposition de loi destinée à retirer l'avortement du droit pénal.

La chaîne MediCare-Market a lancé une grande campagne de publicité pour pouvoir vendre ses produits et même les médicaments en libre-accès. Cet acteur commercial utilise à cet effet l’attention médiatique suscitée par le voyage en bus organisé le 6 mai par Médecine pour le Peuple (MPLP) à Hulst et à Maastricht. Le réseau de maisons médicales du PTB se distancie de cette campagne. 

Le PTB a récemment lancé une pétition pour l’instauration du modèle kiwi. Celui-ci permet de réduire le prix des médicaments, au profit des patients et de la sécurité sociale. L’Inami a passé en revue les calculs du PTB, et confirme qu’une économie substantielle peut être réalisée.

Les centres de planning familial peuvent-ils distribuer la pilule du lendemain aux femmes ? Si cela dépend de la ministre de la Santé Maggie De Block, la réponse est « non ». Le PTB et Marianne, son mouvement de femmes, soutiennent les centres de planning familial dans leur résistance. Et dans leur choix de continuer à délivrer la pilule malgré ces limitations.

" De plus en plus de Belges s'inquiètent de voir les médicaments toujours plus chers. Des médicaments qui coûtent chez nous de cinq à dix fois plus que chez nos voisins néerlandais. En guise de protestation, 400 Belges se sont rendus ce week-end dans la ville frontalière de Hulst, aux Pays-Bas, pour y acheter des médicaments " écrit Peter Mertens, le président du PTB, dans une carte-blanche parue sur le site du Vif.

Pages