Ports

Au sein de tous les partis, de plus en plus de critiques s'élèvent envers nos relations avec l'Arabie saoudite. Excepté à la N-VA. Et plus ce parti tente de justifier son choix, plus gros sont ses mensonges. Devant la montagne d'argent de la dictature saoudienne, la N-VA s'allonge à plat ventre.

Samedi dernier 11 avril, trois dockers ont perdu la vie dans le port d’Anvers. Le PTB, actif depuis des années dans le secteur du travail portuaire, exprime sa toute sa sympathie aux proches, et appelle à appliquer des exigences de sécurité beaucoup plus strictes dans les conditions de travail.

Une grève très bien suivie. C’est ce qu’on a pu constater à tous les piquets de la zone portuaire d’Anvers. L’enjeu est important, chacun s’en rend bien compte. La détermination est donc grande. Tout le monde est prêt à remettre ça le 15 décembre, et même en plus grand nombre. Ce 24 novembre, Solidaire était sur place pour sentir l’atmosphère.

Le 14 octobre, l’entreprise Katoen Natie a reçu des mains du roi le titre « d’entreprise de l’année ». Pour le PTB, c’est une très mauvaise idée de couronner une entreprise qui, entre autres choses, pratique activement le dumping social.

Ce vendredi 3 octobre, il y avait concertation entre les représentants du gouvernement belge et la Commission européenne à propos des attaques de cette dernière contre le statut des dockers belges. Le PTB défend le maintien du statut de docker reconnu, la meilleur manière de garantir aux dockers un salaire et des conditions de travail convenables.

Le service d’études du PTB publie en exclusivité une lettre adressée au gouvernement belge par la Commission européenne. « On a beaucoup évoqué la présence des dockers belges à la manifestation du vendredi 4 avril à Bruxelles, mais on a bien peu parlé de la raison de leur action, déclare Peter Mertens, le président du PTB. Notre service d’études publie donc cette lettre de la Commission européenne afin que chacun puisse constater la vigueur de l’attaque lancée par la Commission européenne à l’encontre des travailleurs portuaires. Cette lettre est la première étape d’une procédure d’infraction entamée par la Commission européenne pour mettre fin au statut protégé des dockers belges, protection connue sous le nom de loi Major. »