Démocratie

« Depuis toutes ces semaines où le cdH de M. Lutgen a décidé, non pas de tirer la prise, mais bien d’arracher les câbles de la majorité PS-cdH, nous avons eu de grandes déclarations, de grandes envolées lyriques sur un changement "historique" en Wallonie, pour arriver, après un tour de piste, à la proposition de l’accord politique qui nous est soumis aujourd’hui, et qui ne porte qu’une seule certitude : ce nouveau gouvernement ne sera pas beaucoup plus éthique et encore moins social », selon le député wallon du PTB Frédéric Gillot.

Il y a plus de six mois éclatait l’affaire Publifin. Puis Publilec et Brackegate en Flandre. Puis encore le Samusocial à Bruxelles. Le tout agrémenté des soubresauts du Kazakhgate. « Des brebis égarées », « des gens qui ont oublié leurs valeurs », « des personnalités corrompues », « des affaires différentes qui n’ont rien à voir entre elles », nous a-t-on juré, de M. Di Rupo à Mme Rutten en passant par MM. Chastel et De Wever. Vraiment ? La corruption est-elle une exception dans notre système ? Le conflit d’intérêt, un simple dérapage ? Ou s’agit-il d’une pratique généralisée qui permet au système de fonctionner ? Retour sur les affaires Publifin, Samusocial et autres Brackegate ou Kazakhgate.

Le groupe de travail Renouveau politique du Parlement a terminé sa tâche. La pression de la population a déjà rapporté une petite victoire concernant la transparence sur les rémunérations des mandats privés. Mais, globalement, les conclusions du groupe de travail sont très décevantes. La pression doit donc continuer.

Le jeudi 29 juin, le Parlement fédéral se prononce sur un projet de loi qui vide le secret professionnel des travailleurs sociaux de sa substance. Le PTB a voté contre ce projet de loi et se joint ainsi à l’appel de plus de 60 organisations de la société civile. Nous souscrivons à leurs revendications et reproduisons ci-dessous leur appel.

Stop aux profiteurs ! Obligeons les politiciens à rendre publics tous leurs revenus, tant de mandats publics que privés. Signez la pétition sur www.stopauxprofiteurs.be.

Vendredi 16 juin, le président américain Trump a prononcé un discours à Miami dans lequel il a révélé sa nouvelle politique envers Cuba. Ses propos agressifs et le fait qu’il va de nouveau renforcer certaines mesures contre Cuba rencontrent beaucoup d’incompréhension et de protestations.

« "Lorsqu’elle a été élue bourgmestre de Barcelone, Ada Colau a immédiatement diminué son salaire de manière drastique", ai-je expliqué lors d’une interview ce dimanche à la radio. Siegfried Bracke en a avalé son café de travers et tweeté son mécontentement. Alors que des villes comme Anvers et Bruxelles ont beaucoup à apprendre de comment Barcelone révolutionne la ville », écrit Peter Mertens, le président du PTB, dans une opinion parue sur LeVif.be.

Alors que la question des rémunérations des mandataires politiques et de l'éthique politique est d'une actualité brûlante avec le scandale du Samusocial, le PTB participera ce week-end à une conférence organisée organisée par la Ville de Barcelone et Barcelona en Comú, l’organisation d’Ada Colau, la bourgmestre de Barcelone. Celle-ci, qui s'est fait connaître comme activiste avant d'être élue en 2015, a démarré son mandat en diminuant son salaire et en prenant des mesures de tolérance zéro envers la corruption et la politique de l’enrichissement personnel.

Au lieu de discuter d’une nouvelle répartition des postes au sein de la Ville de Bruxelles, il faut tirer toutes les leçons de cette affaire et penser aux mesures qui permettront un renouveau politique radical, plus de démocratie et une réelle participation. Le PTB présente un plan en trois étapes.

Raoul Hedebouw : « Il est temps de retrouver une gauche Robin des Bois, qui prend au riche pour donner aux pauvres, et pas cette élite qui prend l’argent des plus pauvres pour le mettre dans sa poche. » 

Pages