Démocratie

La crise entre les dirigeants espagnols et catalans ne s’apaise pas. Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, refuse tout dialogue et menace de prendre le contrôle direct sur la région. Les dirigeants européens soutiennent tacitement la répression. Le dirigeant catalan Puigdemont, de son côté, a organisé un référendum très discutable. Dans un jeu tactique, il a fait une déclaration d’indépendance, qu’il a de suite suspendue. Faut-il choisir entre l’autoritarisme de l’État espagnol et de l’Europe et l’indépendantisme ?

C’est à Charleroi, où le PTB a le vent en poupe, que le parti de gauche a décidé d’organiser le lancement de sa #GrandeEnquete à un an des élections communales de 2018. Cette exercice inédit de démocratie s'accompagne d'une nouvelle plateforme en ligne qui permet de transformer les électeurs potentiels en réels acteurs de changement.

El Partido del Trabajo de Bélgica (PTB-PVdA) condena la violencia brutal de la policía española en Cataluña y llama al diálogo.

The Workers' Party of Belgium (PTB-PVDA) condemns the brutal violence of the Spanish police in Catalonia and calls for dialogue. “We condemn the brutal violence by the Spanish State and plead for a negotiated solution”, says PTB-PVDA chairman Peter Mertens.

Le PTB condamne la violence brutale de la police espagnole en Catalogne et lance un appel au dialogue.

« Aucun Soudanais ne sera renvoyé au Soudan s'il y risque la torture ou des traitements inhumains et dégradants », affirmait ce matin le Premier ministre Charles Michel en Commission, reprenant à son compte la version défendue par le secrétaire d’État à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA). Faux, selon le Conseil du contentieux des étrangers qui contredit le Premier ministre : l'administration renvoie bel et bien des soudanais sans évaluation des risques de tortures en cas de retour.

Les images sont fortes. Au matin du 20 septembre, 14 hauts fonctionnaires de l'administration catalane ont été arrêtés par la Garde civile espagnole. L'objectif du gouvernement espagnol est d'éviter l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, programmé pour le 1 octobre.

Depuis deux semaines, la violence fait à nouveau rage dans l’État de Rakhine au Myanmar (anciennement Birmanie). Traités depuis toujours en citoyens de seconde zone, les Rohingyas fuient massivement les viols et les massacres qui les ciblent tout particulièrement. Pour sortir de la crise, il faut que l’ONU puisse déployer tous ses moyens pour prendre en charge dignement les réfugiés. À plus long terme, le dialogue et la fin des discriminations à l’encontre des Rohingyas sont nécessaires pour établir la paix.

Début août, Donald Trump a menacé d’intervenir militairement au Venezuela. Serait-il réellement préoccupé par la pénurie des produits de base ? Veut-il mettre fin aux manifestations violentes qui enveniment le quotidien de la population ? Ou alors réagit-il de manière agressive parce qu’il convoite les premières réserves mondiales de pétrole de ce pays d’Amérique du Sud ? Analyse.

« Depuis toutes ces semaines où le cdH de M. Lutgen a décidé, non pas de tirer la prise, mais bien d’arracher les câbles de la majorité PS-cdH, nous avons eu de grandes déclarations, de grandes envolées lyriques sur un changement "historique" en Wallonie, pour arriver, après un tour de piste, à la proposition de l’accord politique qui nous est soumis aujourd’hui, et qui ne porte qu’une seule certitude : ce nouveau gouvernement ne sera pas beaucoup plus éthique et encore moins social », selon le député wallon du PTB Frédéric Gillot.

Pages