France

« En France, le renouveau ne viendra pas du banquier de Rothschild, Emmanuel Macron, pourtant porté aujourd’hui par tout l’establishment européen. Mais bien du résultat le plus surprenant de ce scrutin : la montée d’un projet de gauche, nouveau et frais, qui a séduit 20 % des Français », écrit Peter Mertens, le président du PTB, dans une carte-blanche parue sur le site du Vif.

Les élections françaises montrent une nouvelle fois le ras-le-bol des citoyens européens face aux politiques traditionnels, estime le porte-parole du PTB Raoul Hedebouw interviewé par l’émission de télévision flamande Terzake. Il a également pointé l’émergence d’une nouvelle gauche, avec le bon score réalisé par Jean-Luc Mélenchon (20 %). Raoul Hedebouw a par ailleurs mis en garde contre Emmanuel Macron, qui va « systématiquement casser les acquis sociaux », d’où le besoin de déjà organiser une résistance sociale. (Images VRT, 24/4)

Le PTB félicite Jean-Luc Mélenchon pour son résultat au premier tour de l'élection présidentielle en France. « En France, c’est un vieux monde politique qui s’écroule. Pour la première fois, aucun candidat des partis traditionnels ne passe au deuxième tour. La gauche comme la droite traditionnelles sont en déroute », déclare le président du PTB, Peter Mertens. 

« Nous sommes les précurseurs d’un monde tout neuf. Vous autres, la jeune génération, vous avez un monde entièrement neuf devant vous. » C’est le message d’espoir porté par Jean-Luc Mélenchon. Dans les sondages, le candidat de gauche à la présidence française talonne les favoris. Il est même devenu le candidat le plus populaire parmi les jeunes.

C’était une réussite. Samedi 18 mars dernier, pas moins de 130 000 personnes avaient répondu à l’appel de la gauche française à prendre part à la Marche pour la 6e République et la justice sociale. Des membres du PTB et de son mouvement d’étudiants, Comac, y étaient. Voici quelques photos.

Ce mois de juillet est marqué quotidiennement par la violence aveugle qui frappe des innocents partout dans le monde. Face à ceux qui n’ont que la haine comme unique croyance, le temps est plus que jamais à la solidarité.

Depuis plusieurs années, les institutions européennes les pays européens à détricoter leurs législations sur le travail. Dans certains pays, des pas importants ont déjà été franchis. En Belgique et en France, l'offensive est en cours, et se heurte à une importante résistance, contre la Loi Peeters ici et la loi El Khomri chez nos voisins. Voici comment la Commission européenne manœuvre pour imposer ces réformes.

Enorme, géant, historique. Les mots ont du mal à décrire l’événement d’hier à Paris : un million de manifestants contre la Loi Travail. Face à l’intransigeance du gouvernement (socialiste) français, la résistance ne faiblit pas, elle grandit.

La « Loi travail » proposée par le gouvernement français se heurte à une opposition inédite. Un million de signatures récoltées en moins de deux semaines, syndicats, étudiants, lycéens, citoyens, blogueurs et « youtubeurs » unis dans la protestation, et une manifestation nationale prévue pour le 9 mars. De très nombreux Français refusent ainsi une attaque sans précédent contre les droits des travailleurs.

La « Jungle » de Calais, le camp improvisé des réfugiés qui veulent aller en Grande-Bretagne, démontre la faillite de la politique d'asile européenne, estime Peter Mertens, le président du PTB, qui s'est rendu sur place avec une délégation du PTB. « La situation est pire que dans les bidonvilles de Kinshasa, et ce, à une heure de Bruxelles. Je pensais être préparé à cette visite, mais ce n'était pas le cas. »

Pages