Israël

Depuis le 17 avril 2017, 1 700 prisonniers politiques palestiniens sont en grève de la faim. Tant la gravité de leur décision que la simplicité de leurs revendications témoignent des traitements inhumains que subissent les Palestiniens dans les prisons israéliennes. Fiona Ben Chekroun, qui suit la situation depuis la Palestine, témoigne.

Le 25 juin 2015, le conseil communal adoptait une motion de boycott des sociétés qui ne respectent pas le droit international, dont celles qui contribuent à l’occupation des territoires palestiniens. Un groupe de travail vient d’aboutir à un texte légal. Entretien avec celui qui a été à l’initiative de ce combat, le conseiller communal PTB Dirk De Block.

Commercer avec Israël renforce la colonisation illégale des territoires palestiniens et renforce sa politique d'apartheid. C'est le message lancé par une mission alternative composée de personnalités belges lancée à la veille d'une mission économique officielle belge. Les personnalités en appellent à la fin des relations économiques avec Israël tant que cet État ne respecte pas le droit international.

En novembre-décembre 2015, une nouvelle mission économique, organisée par les Régions est programmée en Israël. Le PTB relance sa campagne pour l’annulation de la mission, qui représente un soutien à l’État colonial israélien.

Le 28 janvier dernier, le CNCD 11.11.11., le Centre National de Coopération au Développement, a publié une étude sur les liens entre entreprises et universités belges avec la colonisation de la Palestine par Israël. Comac, le mouvement de jeunes du PTB, s'inquiète de ces liens et interpelle les autorités académiques du pays. « Il est temps de remettre ces partenariats en question » explique Robin Bruyère, responsable de la campagne de solidarité avec la Palestine de Comac. Le PTB a également déposé au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles une interpellation du ministre de l'enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt.

Jeudi 11 et vendredi 12 décembre, le débat sur la reconnaissance de l’État palestinien a eu lieu aux parlements wallons et bruxellois. Le PTB a voté pour les motions en ce sens déposées par la majorité, et a plaidé pour que cette reconnaissance soit inconditionnelle et s’accompagne de mesures économiques en vue d’accentuer la pression sur l’État d’Israël. Voici le texte de l’intervention de Claire Geraets, députée bruxelloise du PTB active depuis longtemps dans la solidarité avec la Palestine, lors de la commission parlementaire du 11 décembre.

Selon la presse, il existerait un accord entre le MR, l’Open Vld, le CD&V et la N-VA sur l'adoption d'une résolution par la Chambre en faveur de la reconnaissance d'un État palestinien. Ensuite, le gouvernement en prendra acte et l'implémentera. La Belgique deviendrait ainsi le deuxième pays occidental, après la Suède, à reconnaître l’État palestinien. En soi, une telle reconnaissance serait un pas dans le bon sens. Même si la démarche du gouvernement pose question.

Marco Van Hees, député fédéral PTB, participe à une mission de 5 jours en Palestine organisée par le CNCD. Voici la deuxième partie de son journal de bord.

Lundi, Israël a détruit le réseau d’électricité dans un village palestinien de Cisjordanie. Ce réseau était financé par la Coopération technique belge (CTB). Le PTB demande également à l’État belge une condamnation publique de cet acte de sabotage et exige qu’Israël soit désigné entièrement responsable de tous les dégâts.

Le cessez-le-feu a été décidé voici quinze jours à peine que Gaza a déjà disparu des infos. Pourtant, les ravages humanitaires sont énormes. Une mission médicale de Médecine pour le Tiers Monde (M3M), composée d'une urgentiste et d'une anesthésiste, est finalement parvenue sur place. Récit.

Pages