Province de Liège

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.

516 euros par minute. C’est le montant que touchent certains mandataires de l’intercommunale Publifin. « Inadmissible », réagit Damien Robert, du PTB, qui demande la fin des jetons de présence dans les intercommunales et l’élection directe des président(e)s d’intercommunales.

Après la manifestation nationale de 100 000 personnes à Bruxelles ce 7 octobre dernier, de très nombreuses entreprises et services de la province de Liège étaient à l’arrêt aujourd’hui. Pour Damien Robert, président provincial du PTB Liège, « cela montre que l’opposition des travailleurs au gouvernement Michel et ses mesures antisociales est profonde et qu’elle ne faiblit pas ». Les cheminots du pays sont également mobilisés contre le plan de la ministre Jacqueline Galant (MR).

320 personnes se sont rassemblées à l’occasion de la réception de nouvel an du PTB à Liège. Une ambiance chaleureuse et de nombreuses nouvelles têtes, et le moment pour démarrer ensemble une nouvelle année solidaire face au climat de peur et à l'austérité.

L’ampleur de la grève en province de Liège est très forte. « L’industrie et les services sont quasi complètement à l’arrêt, et ce matin, la traversée de l’agglomération liégeoise donnait l'impression d'une ville morte», explique Damien Robert, président provincial du PTB. Pour le responsable du parti de gauche, « la grève en province de Liège est plus forte et plus profonde encore que celle du 1er décembre ».

Ce lundi 1er décembre, Solidaire a fait le tour des piquets de grève à Liège. Partout, des piquets bigarrés, un front commun évident. Partout, des grévistes courageux et soutenus qui ont bravé le froid. Partout, des têtes hautes qui ont montré leur désaccord avec une politique d’austérité, qui ont défendu un emploi décent, un avenir pour les jeunes, des services publics forts, une société solidaire. Partout prêts à continuer le combat ? « Oufti ! Ça oui ! »

Aux quatre coins de la province de Liège, depuis ce matin, l’économie est véritablement à l'arrêt. De très nombreux piquets sont dressés devant beaucoup beaucoup d'entreprises, de grandes surfaces, dans les zonings, devant les écoles et devant plusieurs administrations. L'aéroport de Bierset  est totalement à l'arrêt.

Lors de ces élections, le PTB-go! a réalisé une véritable percée et est devenu, avec plus de 11 %, la quatrième force politique dans l’arrondissement de Liège et la cinquième dans la province. Il y a désormais une nouvelle force politique qui compte dans le paysage politique liégeois. Et pas n’importe laquelle. Première analyse des résultats.

Raoul Hedebouw à Liège et Marco Van Hees au Hainaut sont les nouveaux élus du PTB-go! au Parlement fédéral. Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB : « Pour la première fois depuis 25 ans, une nouvelle famille politique de la vraie gauche, qui est représentée en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles, fait son entrée dans les parlements régionaux et au fédéral. Nous envoyons deux députés au Fédéral, probablement deux élus au Parlement wallon et sans doute quatre au Parlement bruxellois. »

« Un vote pour le PTB-go!, ce n’est pas un vote après lequel on va se reposer. Nous allons faire souffler le vent de la gauche dans les parlements. » C’est avec ces mots que Raoul Hedebouw annonce fièrement l’envoi de deux députés liégeois aux parlements fédéral et régional. Dans une salle remplie de militants enthousiastes, qui ont mille souvenirs de campagne en tête et encore une tonne d’énergie pour ce « combat qui ne fait que commencer ».

Pages