Charleroi

C’est à Charleroi, où le PTB a le vent en poupe, que le parti de gauche a décidé d’organiser le lancement de sa #GrandeEnquete à un an des élections communales de 2018. Cet exercice inédit de démocratie s'accompagne d'une nouvelle plateforme en ligne qui permet de transformer les électeurs potentiels en réels acteurs de changement.

Un récent sondage met le PTB à 25 % à Charleroi, ce qui représente 25 000 personnes qui disent vouloir donner leur voix au parti en 2018. Le principal défi pour la section locale carolo est maintenant de rencontrer ces 25 000 Carolos. Et de les mobiliser pour faire de Charleroi une ville solidaire.

Quelque temps après l'affaire Publifin, de nouvelles révélations secouent le Pays de Charleroi avec des soupçons de corruption et de détournement d’argent public dans un hôpital public de la région. « Un service public tel qu’un hôpital public doit être dirigé par des gens qui servent réellement l’intérêt public plutôt qu’eux-mêmes », explique Sofie Merckx, conseillère communale PTB à Charleroi. 

Ce vendredi 2 septembre, Caterpillar a annoncé la fermeture du site de Gosselies (Charleroi). 2 200 emplois sont menacés. « Caterpillar, c’est une des plus grandes multinationales au monde, c’est 1,4 milliard d’euros de dividendes », dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. Le PTB soutient la résistance des travailleurs pour la sauvegarde de l’emploi.

Ce jeudi 21 janvier se tenait une action initiée par le PTB, Médecine Pour le peuple et d'autres associations de terrain aux abords des logements de La Sambrienne à Charleroi. 1400 logements publics restent vides, alors que 3000 familles sont en attente, dénonce Sofie Merckx, conseillère communale du PTB à Charleroi.

Au conseil communal de ce mercredi soir a été votée un modification importante du réglement d'ordre intérieur. Ainsi, la majorité carolo limite sévèrement le droit des citoyens à filmer les débats du conseil communal. « Un pas en arrière sur le plan démocratique », constate Sofie Merckx, conseillère communale PTB à Charleroi. « A l'heure où le citoyen demande plus de transparence au personnel politique, à l'heure où les médias électroniques et les réseaux sociaux permettent cette transparence, voici que la Ville de Charleroi interdit au citoyen de diffuser ce qui se déroule dans le conseil communal qu'il a élu. C'est incompréhensible. »

Ce mardi 25 novembre s'est tenu un conseil communal passablement agité. Giliciens, Jumetois, Montagnards, activistes pour les droits des femmes et autres citoyens étaient venus se faire entendre par les conseillers communaux et le bourgmestre de la ville. Cette présence n'était manifestement pas du goût de Paul Magnette (PS) qui parle d'instrumentalisation de ces groupes par le PTB et qui a été jusqu'à suspendre la séance comme mesure de rétorsion. Mais qu'en est-il exactement ?

Intervention de Sofie Merckx, conseillère communale PTB lors du Conseil communal de Charleroi ce lundi 20 octobre. « Aujourd’hui, on demande donc aux travailleurs de la ville de payer cette crise ? Il est temps de revoir la copie. »

600 travailleurs sont venus assister au Conseil communal de Charleroi ce lundi 20 octobre. La raison de leur colère est l’annonce d’un possible licenciement de 200 à 300 membres du personnel de la commune. A l’appel des trois syndicats, ils ont donc fermement exprimé leurs désaccords avec la politique menée par le bourgmestre et Ministre-président wallon Paul Magnette (PS).

A l’ordre du jour de la séance du conseil communal de Charleroi de ce lundi 23 juin était prévue, en principe, la désignation d’un administrateur de la La Sambrienne. Manifestement cette désignation devra attendre.

Pages